Une nouvelle classe politique est indispensable au Congo Brazzaville !

0
381

OPINION. A deux mois des élections présidentielles, il est indispensable que les Congolais aient une nouvelle classe politique à partir du 22 mars 2021. Un nouveau gouvernement, un nouveau premier ministre, des nouvelles têtes qui vont présider le destin de notre pays pour les cinq (5) ans prochaines années.

L’élection présidentielle va inaugurer une nouvelle ère dans l’histoire de notre pays, au lendemain de cette épreuve démocratique, c’est le Congo qui va gagner peu importe le vainqueur, le président élu doit être le président de tous les Congolais et non d’un clan, d’une ethnie, d’une région. Il doit pouvoir rassembler au-delà des clivages politiques pour réconcilier les Congolais entre eux.

Le nouveau président doit être un président de rupture avec le passé, avec l’ancienne classe politique, avec les anciennes pratiques qui ont montré leurs limites.

L’opposition actuelle joue à sa survie car le 22 mars 2021, une nouvelle opposition incarnée par une nouvelle classe politique verra impérativement le jour. Cette nouvelle génération doit reprendre le flambeau du combat politique qui consiste à œuvrer essentiellement sur le bien-être des populations. L’actuelle classe politique a montré ses limites dans le sacerdoce noble qui est de servir l’intérêt général au profit de l’intérêt personnel et égoïste.

L’année 2021 est une année qui inaugure une nouvelle vision du monde post #COVID19, cette pandémie qui a marqué l’humanité et a ébranlé tous les systèmes qui existent aujourd’hui. Les Congolais doivent faire avec, tourner leur vision vers l’avenir avec beaucoup d’optimisme.

AUCUN POUVOIR N’EST ÉTERNEL, AUCUN SYSTÈME N’EST ÉTERNEL, AUCUN DIRIGEANT N’EST ÉTERNEL, AUCUNE OPPOSITION N’EST ÉTERNELLE, AUCUNE PERSONNE N’EST INDISPENSABLE. TOUT EST CHANGEMENT ET MOUVEMENT.

La crise multidimensionnelle que traverse notre pays nécessite de l’audace et du courage pour la surmonter. Le PCT et son gouvernement ont démontré durant le quinquennat (2016-2021) leur incapacité à résoudre la crise et à diversifier l’économie. L’opposition s’est montrée incapable de faire des propositions concrètes de sortie de crise et de faire vaciller la majorité présidentielle. Il est temps que le Congo retrouve sa splendeur d’antan et son rôle majeur en Afrique Centrale. Pour y arriver, un nouveau leadership est nécessaire pour conduire ce pays vers son Orient où son vrai bonheur l’attend.

“La pierre n’a point d’espoir d’être autre chose que pierre, mais de collaborer elle s’assemble et devient Temple.” Saint-Exupéry

Evrard NANGHO

Président national du MODEC

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here