Tchad: l’opposition déçue de la décision de la CEEAC

0
87
Le général Mahamat Idriss Déby, président du Conseil militaire de transition et fils du défunt président Idriss Déby Itno lors des funérailles de son père, le 23 avril 2021. AFP - CHRISTOPHE PETIT TESSON

Au Tchad, l’opposition se dit déçue de la décision des chefs de l’État de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), de s’aligner sur le choix de l’Union africaine d’accompagner la junte militaire qui a pris le pouvoir, depuis le 20 avril dernier, à la suite du décès d’Idriss Deby Itno.

La décision de la CEEAC a été prise vendredi 4 juin lors d’un sommet extraordinaire à Brazzaville, qui s’est penché sur la situation politique et sécuritaire au Tchad.

L’opposition tchadienne dénonce une décision qui conforte le pouvoir du Conseil militaire de transition dirigé par Mahamat Idriss Déby et qui lui « ouvre un boulevard pour s’installer au pouvoir », selon le président du parti d’opposition Mouvement des patriotes tchadiens pour la République (MPTR), Brice Mbaïmon Guedmbaye, arrivé quatrième lors de la dernière présidentielle.

« Nous sommes indignés. Nous sommes déçus de l’attitude d’abord de l’Union africaine qui avait décidé de simplement laisser la junte militaire évoluer, comme ça, et puis deuxièmement, on pensait que la CEEAC allait prendre ses responsabilités en respectant les principes. Malheureusement, les Tchadiens sont restés sans défense, car ce comportement ouvre un boulevard à un régime pour s’installer. Ces derniers temps, vous avez vu que des décisions sont prises et que des nominations sont faites sans tenir compte d’un minimum de consensus à rechercher dans de pareils cas. Donc, pour nous, cela veut dire qu’aujourd’hui nous sommes en face d’un pouvoir militaire qui se gère, en dehors du consensus total, et le dialogue, on en parle de moins en moins. Tout cela participe du fait qu’effectivement, il y a une sorte de complaisance, mais aussi, je dirais même une certaine complicité de l’Union africaine et de la CEEAC pour laisser la junte militaire s’installer au pouvoir », a-t-il déclaré à RFI.

Retrouvez cet article sur Rfi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here