Solide reprise du commerce mondial des marchandises

L’activité continue de se redresser en 2021

0
203
DR.

Après une chute brutale mais brève observée au deuxième trimestre de l’année 2020, suite aux conséquences de la pandémie de coronavirus (Covid-19) sur cette activité, le commerce mondial des marchandises reprend du poil de la bête.

Selon les données recueillies par l’Organisation mondiale du commerce (OMC), une organisation internationale qui s’occupe des règles régissant le commerce international entre les pays, «le commerce mondial des marchandises continue de se redresser en 2021».

En effet, «le baromètre du commerce des marchandises indique une solide reprise du commerce», souligne l’organisation dans son dernier rapport rendu public vendredi 28 mai.

Comme le fait remarquer l’OMC dans ce document, «la lecture actuelle du baromètre de 109,7 est près de 10 points au-dessus de la valeur de base de 100 pour l’indice et en hausse de 21,6 points d’une année sur l’autre».

Ces données reflètent «à la fois la force de la reprise actuelle et la profondeur du choc Covid-19 l’année dernière », souligne l’institution dont la principale fonction est de favoriser autant que possible la bonne marche, la prévisibilité et la liberté des échanges.

Dans son rapport, l’organisation estime que la dernière lecture du baromètre est globalement conforme à ses prévisions commerciales actuelles publiées le 31 mars dernier. Lesquelles «prévoyaient une reprise de 8% du volume du commerce mondial de marchandises en 2021 après une baisse de 5,3% l’année précédente».

Selon l’OMC, le commerce mondial se redresse depuis le deuxième trimestre de 2020, lorsque la propagation du virus Covid-19 a provoqué des verrouillages dans de nombreux pays et déclenché une forte baisse du commerce mondial.

L’organisation rappelle que «le volume du commerce des marchandises était en baisse de 15,5% d’une année sur l’autre au deuxième trimestre, lorsque les verrouillages étaient pleinement effectifs ». Une situation qui a évolué depuis lors puisqu’au quatrième trimestre, le commerce avait dépassé le niveau de la même période en 2019, souligne-t-elle.

Revenant sur les récentes observations, l’organisation internationale relève que les gains les plus importants observés parmi les indices des composants du baromètre ont été enregistrés dans les commandes à l’exportation (114,8), le fret aérien (111,1) et les composants électroniques (115,2), qui sont tous très prédictifs de l’évolution du commerce à court terme.

Poursuivant son analyse, l’OMC estime que « la vigueur de l’indice des produits automobiles (105,5) peut refléter une amélioration de la confiance des consommateurs, la confiance étant étroitement liée aux ventes de biens durables. Cela vaut également pour les matières premières agricoles (105,4), qui sont majoritairement constituées de bois destiné à la construction de logements ».

Pour l’organisation, il ne fait aucun doute que « la bonne performance du transport par conteneurs (106,7) est plus impressionnante compte tenu du fait que les expéditions maritimes ont bien résisté pendant la pandémie et avaient donc moins de terrain à rattraper ».

En dépit de ces améliorations, l’OMC reste toutefois prudente. Et pour cause : «Les perspectives commerciales à court terme relativement positives sont gâchées par les disparités régionales, la faiblesse persistante du commerce des services et le retard des calendriers de vaccination, en particulier dans les pays pauvres », relève-t-elle.

En revanche, quand bien même les statistiques trimestrielles du volume des échanges pour les premier et deuxième trimestres de 2021 n’aient pas encore été publiées, l’OMC affirme qu’«elles devraient afficher une très forte croissance d’une année sur l’autre, en partie en raison du récent renforcement des échanges et en partie à cause de l’effondrement des échanges de l’année dernière».

Enfin, l’organisation internationale attire l’attention sur le fait que tout n’est pas pour autant gagné. D’autant plus que la pandémie «continue de représenter la plus grande menace pour les perspectives du commerce, car de nouvelles vagues d’infection pourraient facilement compromettre la reprise», conclut-elle.

Alain Bouithy

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here