Reprise de la croissance du volume des échanges de marchandises à l’échelle mondiale

Le redressement observé au troisième trimestre contribue à limiter la contraction enregistrée depuis le début de l’année

0
582

Le volume du commerce mondial des marchandises est reparti à la hausse au titre du troisième trimestre de 2020, a annoncé l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Le redressement du commerce mondial intervient après une forte chute observée au deuxième trimestre en raison de la crise liée à la Covid-19, suggèrent les statistiques publiées vendredi 18 décembre par l’OMC.

En effet, «le volume du commerce des marchandises a augmenté de 11,6% par rapport au trimestre précédent après avoir reculé de 12,7% au deuxième trimestre (révisé à la hausse par rapport à une baisse initialement estimée de 14,3%)», a souligné l’institution internationale.

En dépit de ce rebond, il ressort des dernières données recueillies par l’OMC que le volume des échanges entre juillet et septembre était encore 5,6% inférieur à celui de la même période l’an dernier. Qu’à cela ne tienne, l’organisation a toutefois affirmé dans son rapport que ce redressement a contribué à limiter la contraction du commerce mondial enregistrée depuis le début de l’année.

Il ressort aussi des mêmes statistiques que «les régions les plus industrialisées ont connu une reprise plus forte de leurs exportations de marchandises, tandis que le rythme de l’expansion a été plus modéré dans les régions qui exportent des ressources naturelles de manière disproportionnée», a relevé l’organisation dans un communiqué.

En effet, comparativement au trimestre précédent, les exportations ont connu une croissance à deux chiffres en Amérique du Nord (20,1%), en Europe (19,3%) et en Asie (10,1%). La croissance des exportations a été plus faible en Amérique du Sud et centrale (3,1%) et «autres régions» (3,3%).

L’Organisation mondiale du commerce a néanmoins noté qu’«en glissement annuel, les exportations au troisième trimestre étaient toujours en baisse en Amérique du Nord (-9,0%), en Europe (-5,4%), en Amérique du Sud et centrale (-3,4%) et dans les autres régions (-11,4%)», précisant que la seule exception a été l’Asie (+ 0,4%), où les exportations régionales ont légèrement dépassé leur niveau à la même période il y a un an.

Autre enseignement des récentes statistiques : les volumes d’importations de marchandises ont augmenté le plus rapidement en Amérique du Nord (16,6% par rapport au trimestre précédent) et en Europe (15,0%) au troisième trimestre après avoir fortement chuté au deuxième trimestre.

Il ressort de ce rapport que, contrairement à ses meilleures performances du côté des exportations, les importations de marchandises de l’Asie ont enregistré une légère hausse de 2,1% au troisième trimestre.

Pour l’OMC, cette variation «suggère un élargissement des excédents commerciaux dans la région». Dans son communiqué, l’organisation a, par ailleurs, constaté que l’Amérique du Sud et centrale a enregistré une baisse supplémentaire de 0,7% en glissement trimestriel, alors que les importations des autres régions ont collectivement enregistré une hausse de 3,2%.

«Les volumes d’importations de marchandises ont diminué au troisième trimestre par rapport à la même période de l’année précédente dans toutes les régions, y compris l’Amérique du Nord (- 4,7%), l’Amérique du Sud et centrale (-19,4%), l’Europe (-6,4%), l’Asie ( -4,7%) et autres régions (- 14,7%)», a-t-elle poursuivi.

Il est à noter que la reprise de la croissance du volume des échanges de marchandises au troisième trimestre a coïncidé avec l’assouplissement des mesures de verrouillage en Europe et en Amérique du Nord, leur situation sanitaire s’étant améliorée pendant les mois d’été, a fait savoir l’OMC.

D’après l’organisation, le redressement observé au cours de cette même période a également été soutenu par «de vastes interventions de politique budgétaire et monétaire dans les principales économies, ainsi que par l’adaptation dans des secteurs clés (notamment les commerces de détail en ligne et les prestataires de services aux Etats-Unis et en Europe), les entreprises et les ménages adoptant des solutions technologiques pour faciliter le travail et les achats de la maison».

L’organisation est en revanche persuadée que «le commerce est resté faible en Amérique du Sud et centrale et dans d’autres régions du fait des poussées de la Covid19 et d’un manque de capacité en matière de politique budgétaire et monétaire».

Soulignons enfin que le volume du commerce mondial des marchandises pour les trois premiers trimestres de 2020 est actuellement en baisse de 8,2% par rapport à la même période l’an dernier, a fait remarquer l’OMC.

A en croire l’organisation, «cette baisse est inférieure à la baisse prévue de 9,2% pour l’ensemble de 2020 dans les prévisions commerciales les plus récentes de l’OMC, mais la croissance pour toute l’année dépend en grande partie de la question de savoir si la récente résurgence de la Covid-19 pèse sur le commerce au quatrième trimestre», a-t-elle conclu.

Alain Bouithy

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here