RDC : rapports sexuels contre emploi, ou le harcèlement de Congolaises par des travailleurs humanitaires

Des employés d’organisations internationales opérant lors de l'épidémie d'Ebola ont été mis en cause

0
252
Des employés de l'OMS en République démocratique du Congo lors de la campagne de vaccination contre Ebola en mai 2018. (JUNIOR D. KANNAH / AFP).

Plus de vingt femmes congolaises ont affirmé avoir été victimes de harcèlement et d’abus sexuels, sous forme de chantage à l’emploi, par des travailleurs humanitaires dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), selon une enquête récente menée conjointement par l’agence The New Humanitarian et la Fondation Thomson Reuters. Le phénomène n’est pas nouveau.

Que s’est-il passé ?

L’histoire aurait pu passer inaperçue dans l’est du Congo où le harcèlement sexuel et le viol sont banalisés et restent impunis. Mais cette fois-ci, plusieurs femmes ont osé témoigner et une enquête a été menée par l’agence spécialisée The New Humanitarian et la Fondation Thomson Reuters. On y apprend que lors de la dixième épidémie d’Ebola, entre 2018 de 2020, que des hommes travaillant pour des organisations humanitaires internationales à Butembo, dans le Nord-Kivu, ont profité de leur situation pour harceler des femmes vulnérables. Ils leur offraient des emplois en échange de rapports sexuels. Les avances se faisaient en direct ou par messagerie téléphonique…

Lire la suite sur Franceinfo

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here