RD Congo: l’OMS annonce la fin officielle de la dixième flambée d’Ebola

0
536
Le 20 juin 2018, un membre de l'OMS vaccine un homme contre le virus Ebola dans le village de Bosolo, en RDC. Ph: OMS/Lindsay Mackenzie

Dans un communiqué publié hier, jeudi 25 juin, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a salué la fin de la dixième flambée de maladie à virus Ebola en République démocratique du Congo (RDC).

« Il n’aurait pas été possible de surmonter cet épisode long, complexe et difficile sans le leadership et l’engagement du Gouvernement de la RDC, qui a pu compter sur le soutien de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), d’une multitude de partenaires et de bailleurs de fonds et, plus encore, sur les efforts déployés par les communautés touchées par le virus », a indiqué l’agence onusienne. 

Félicitant toutes les personnes qui ont participé au travail pénible et souvent dangereux nécessaire pour venir à bout de la flambée, l’Organisation a rappelé néanmoins qu’il faut rester vigilant. « Dans les mois à venir, il sera essentiel de continuer à soutenir les survivants et de maintenir des systèmes solides de surveillance et de riposte pour endiguer les éventuelles résurgences », a-t-elle insisté. 

D’après le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, « le monde est désormais mieux équipé pour riposter à Ebola. Un vaccin a été homologué et des traitements efficaces identifiés », a-t-il relevé. 

« L’heure est aux réjouissances, mais nous devons résister à la tentation de l’autosatisfaction. Les virus ne prennent pas de pause. Au final, la meilleure défense contre toute flambée consiste à investir dans un système de santé plus solide qui serve de fondement à la couverture sanitaire universelle. » 

Pour rappel, cette flambée, qui s’est déclarée le 1er août 2018 dans le Nord Kivu, a été la deuxième au monde par son importance et a présenté des difficultés particulières du fait qu’elle est apparue dans une zone de conflit actif. On a dénombré 3 470 cas, 2 287 décès et 1 171 survivants.  

Au cours des 22 mois qu’elle a duré, la riposte – dirigée par le Gouvernement de la RDC et le Ministère de la santé avec le soutien de l’OMS et des partenaires – a supposé la formation de milliers d’agents de santé, l’enregistrement de 250 000 contacts, la réalisation de tests pour 220 000 échantillons, la mise à disposition des patients d’un accès équitable à des traitements de pointe, la vaccination de plus de 305 000 personnes avec le vaccin rVSV-ZEBOV-GP qui a fait preuve d’une grande efficacité, ou encore l’offre de soins pour tous les survivants après leur guérison. 

Pour la Dre Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique, « la riposte que la RDC peut désormais apporter à Ebola n’en est que meilleure, plus judicieuse et plus rapide. Il s’agit là d’un acquis durable qui vient soutenir la riposte à la COVID-19 et à d’autres épidémies. »

Cette dixième flambée en RDC s’est certes terminée, mais la lutte contre Ebola se poursuit, a affirmé l’OMS rappelant que le 1er juin 2020, sept cas de maladie à virus Ebola ont été notifiés dans la ville de Mbandaka et dans la zone de santé voisine de Bikoro, dans la province de l’Équateur. Ce qui, a-t-elle expliqué, a conduit à déclarer une onzième flambée.

Quoi qu’il en soit, l’OMS soutient la riposte dirigée par les pouvoirs publics par le déploiement de plus de 50 membres de son personnel et l’administration d’un vaccin à plus de 5 000 personnes, a assure l’agence. 

Adrien Thyg avec CP

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here