RD Congo. Gestion du port en eau profonde de Banana aux privés : 13 000 agents de la SCPT iraient en chômage

0
144
(image d'illustration)Manifestation des agents de la SCTP (ex-ONATRA) devant le siège de leur entreprise à Kinshasa vendredi 16 octobre 2020. Radio Okapi/ Ph. Jean Désiré Kanyama.

Treize mille agents de la Société commerciale des ports et transports (SCPT), ex-ONATRA, risquent d’aller en chômage, si la gestion du port en eau profonde de Banana, au Kongo-Central, est confiée aux privés. Le président de l’intersyndical de cette entreprise de l’Etat, Armand Ossase, l’a affirmé lundi 10 mai à Kinshasa, dans une déclaration à la presse.  

« A ce jour, si l’Etat Congolais va donner la gestion du port en eau profonde à un privé, ça sera catastrophique, l’ONATRA va disparaitre, les travailleurs vont aller en chômage. C’est une grande Entreprise, et la signature de ce contrat viole principalement même les lois de notre pays », a-t-il indiqué. 

Au regard du monopole reconnu à la SCPT, Armand Osasse réclame la gestion du port en eau profonde : 

« Nous demandons que le port en eau profonde de Banana soit géré par l’ONATRA. Si aujourd’hui, les privés de Banana à Boma, ils prennent au moins 80 kilomètres, là nous allons perdre les ports de Boma et de Banana, et nous allons rester avec les ports de Matadi où il y a quasi arrêt d’exploitation, donc, comme qui dirait l’Etat va sacrifier cette Entreprise. » 

Armand Osasse dit « avoir peur » de donner le pouvoir majoritaire aux privés, et que l’Etat se considère comme actionnaire minoritaire. 

Le président de l’intersyndical de la SCPT demande également la fermeture des ports privés illégaux et dénonce la spoliation qui se poursuit des immeubles de la Société Commerciale des Ports et Transports.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here