RD Congo. Avant l’estocade finale…

0
539

TRIBUNE. Comme à leur habitude, la majorité des congolais ergotent ce soir sur la libération “conditionnelle “ de Vital Kamerhe, de sa sortie de prison et de son retour triomphal à domicile. Mais très sincèrement de quelle prison parle-t-on?

Posez une seule fois la question aux gardes de la prison centrale et ils vous confirmeront qu’ils n’ont pas vu l’ombre d’un Kamerhe ni hier (dim.5, dnr) ni aujourd’hui (lundi 6, dnr) à la porte de sortie de cette prison.

Pour tout dire, ce monsieur n’est pas sorti de la prison où il n’était plus depuis plus d’un an. Sa prétendue mise en liberté tout comme au même moment, la grâce présidentielle octroyée à Willy Bakonga et à Eteni Longondo (sans qu’un seul sous des millions volés ne soit récupéré par le trésor public) équivalent à l’officialisation de la maffia politique en RDC où la lutte contre la corruption et les détournements des deniers publics n’est plus qu’un slogan creux. C’est bien là la preuve tangible du non-état et du viol du peu de dignité qui restait encore au peuple congolais.

Il importe donc de mettre ces libérations en cascade en étroite corrélation avec l’installation progressive et durable (sous le sceau de l’officiel) des troupes ougandaises et rwandaises à l’Est congolais pour comprendre la gravité de ce qui se prépare derrière le dos des congolais.

Avec cette politisation et cette gabegie à grande échelle de l’appareil de la justice qui culmine avec ce qu’on peut interpréter comme un début d’acquittement de Kamerhe, les congolais entament donc la phase cruciale de l’EFFONDREMENT effectif de trois piliers de leur état raté et, aux yeux de l’opinion internationale, le lancement important dans la guerre psychologique, de la campagne de DÉCRÉDIBILISATION massive de leur pays avant l’estocade finale…

Par Germain Nzinga

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here