RD Congo. A propos de ces jeeps-cadeaux aux nouveaux évêques congolais…

0
879

TRIBUNE. Depuis quelques décennies, le peuple congolais s’est habitué à voir les hommes du pouvoir s’afficher aux cérémonies d’ordination épiscopale d’un ou de nouveaux évêques et à exhiber des clefs de jeep remises OSTENTATOIREMENT aux nouveaux ordonnés.

Sans s’en apercevoir, cette partie de la fête vole la vedette à tout l’ensemble de la cérémonie et prend le dessus sur toutes les homélies et les messages importants prononcés en vue de tracer l’orientation pastorale de nouveaux pasteurs. Lorsque les médias appelés à couvrir l’événement bouclent leur reportage, on ne voit aucune photo d’imposition des mains ni aucun extrait de l’homélie du célébrant principal sinon leurs commentaires sur la générosité illimitée du gouvernement ou du président.

Est-ce l’église du Congo prend-elle la mesure de cette dérive? Se fait-elle un seul instant une idée exacte sur l’origine de ces cadeaux empoisonnés? S’est-elle demandé une seule fois l’idée cachée derrière la tête des “donateurs” et ce qu’ils entendent obtenir en retour de ces étranges dons? Pourquoi les politiciens toutes tendances confondues tiennent à ce que ces cadeaux soient rendus devant les caméras du monde? Est-on capable de mesurer ce que perd l’Eglise catholique en termes de crédibilité et de véracité du témoignage évangélique qu’elle est appelée à donner? Les dignitaires de l’église du Congo sont-ils prêts à comprendre que ces cadeaux remis devant les caméras polluent le SACRÉ et limitent la liberté de dénoncer intrinsèquement liée à leur charisme prophétique?

À mon avis, la sagesse de Laocoon doit rester de mise: “ Timeo Danaos et dona ferentes”, à entendre en langue de Voltaire: “Je crains les grecs, même surtout lorsqu’ils font des cadeaux.” Et elle semble être d’actualité cette crainte qui fut jadis justifiée lorsqu’on s’aperçut plus tard que le grand cadeau en question fut le cheval de Troie qui introduira l’ennemi dans son propre camp… Qu’on se le tienne pour dit!

Par Germain Nzinga (Chercheur indépendant)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here