RCA : l’ONU condamne les attaques à Damara et Bangassou et reste déterminée à protéger les civils

0
425

La Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République Centrafricaine (MINUSCA) a condamné avec la plus grande fermeté dimanche les attaques lancées par les groupes armés contre les villes de Damara (Ombella-M’Poko) et Bangassou (Mbomou), respectivement samedi et dimanche. 

« Il ne fait aucun doute que toutes ces attaques s’inscrivent dans un contexte de perturbation des élections- avant, pendant et après les scrutins », a affirmé dans un communiqué le Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies et Chef de la Mission, Mankeur Ndiaye.

Près de 2 millions de centrafricains ont été appelés aux urnes le 27 décembre dernier lors de élections présidentielles et législatives, malgré les tentatives de plusieurs groupes rebelles d’empêcher le scrutin. Les résultats provisoires du premier tour sont attendus le 4 janvier.

M. Ndiaye a souligné que « dans le cadre de la résolution 2552, la MINUSCA a un rôle de sécurisation des élections ». 

« Je réaffirme la détermination de la Mission à tenir cet engagement », a déclaré le chef de la MINUSCA.

Attaques à Damara et à Bangassou

Selon la Mission, à Damara, des éléments armés alliés à l’ancien président centrafricain François Bozizé ont attaqué la ville samedi matin. Les forces armées nationales (FACA) ont riposté aux tirs des assaillants provoquant la fuite de ces derniers tandis que les Casques bleus de la MINUSCA ont multiplié les patrouilles dans la ville et sur les axes environnants. Les corps de huit éléments armés ont été retrouvés.

Par ailleurs, à Bangassou, les attaques ont commencé vers 5h30 « avec des tirs à l’arme lourde contre le poste militaire des FACA ». 

« Les Casques bleus de la MINUSCA sont immédiatement intervenus pour protéger les civils, sécuriser les autorités locales et poursuivent les patrouilles robustes », précise le communiqué de la MINUSCA, ajoutant que « la Force sécurise également le camp des déplacés internes et a procédé à l’évacuation sur Bria de deux soldats FACA blessés ». 

Toujours selon la MINUSCA, les tirs ont cessé́ aux environs de 10h00 mais la situation reste tendue dans la ville. Les corps de cinq éléments armés ont été retrouvés.

Ces dernières attaques s’ajoutent aux violences enregistrées dans la partie ouest de la République centrafricaine et ont notamment provoqué la fuite des civils et la suspension de l’assistance humanitaire destinée aux plus nécessiteux. 

« Tous les groupes armés seront tenus responsables de leurs actions »

« La MINUSCA tient l’UPC, le MPC, le 3R, le FPRC, les anti-Balakas et l’ancien président François Bozizé comme responsables de ces attaques et des conséquences graves sur la population civile », a dit la mission de l’ONU.
Elle a réaffirmé qu’elle reste résolument engagée à protéger la population civile ainsi que les autorités, dans le cadre de son mandat. 

Enfin la Mission rappelle la condamnation du Secrétaire général des Nations Unies par le biais de son porte-parole le 19 décembre dernier, de l’escalade de la violence, appelant « tous les acteurs à cesser toute hostilité́ de manière urgente » et a la mise ne œuvre « stricte » de l’Accord de paix (APPR) dont ils sont signataires.

« Tous les groupes armés seront tenus responsables de leurs actions au regard des sanctions prévues dans l’APPR », a attesté la MINUSCA.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here