Maroc. Le secteur de l’énergie électrique retrouve son dynamisme

Au terme des sept premiers mois de l’année, la production nationale a dépassé légèrement son niveau d’avant-crise

0
168

Le secteur de l’énergie électrique a renoué avec sa dynamique d’avant-crise, a constaté la Direction des études et des prévisions financières (DEPF) relevant du ministère de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’administration.

Selon la DEPF, en glissement annuel, la production nationale de l’énergie électrique s’est renforcée de 6,9% au terme des sept premiers mois de 2021, après une baisse de 6,2% un an auparavant. Elle a ainsi dépassé légèrement son niveau d’avant-crise, soit +0,2% par rapport à fin juillet 2019.

« Cette performance est attribuable au raffermissement de la production privée (+5,9%), de celle de l’ONEE (+10%) et de celle des énergies renouvelables relatives à la loi 13-09 (+9,5%) », a-t-elle expliqué dans sa note de conjoncture du mois de septembre 2021 (N°295).

La même source indique que la consommation de l’énergie électrique s’est, quant à elle, accrue, en glissement annuel, de 6,1% à fin juillet 2021, après un retrait de 4,1% un an plus tôt.

Si l’on en croit la DEPF, cette évolution est liée à la hausse des ventes de l’énergie de « très haute, haute et moyenne tension, hors distributeurs » qui a progressé de +11,9%, de celles destinées aux distributeurs (+4,6%) et de celles destinées aux ménages (+2,1%).

Comparativement à son niveau d’avant-crise, il ressort des données recueillies par la Direction que la consommation de l’énergie électrique a connu une augmenté de 1,8%.

Dans cette même note de conjoncture, la DEPF a noté que l’énergie nette appelée s’est accrue de 6,2% à fin juillet 2021, après une baisse de 3% un an auparavant.

Dans son analyse de l’évolution de cette branche, la DEPF attribue cette évolution à la « baisse du volume importé de l’énergie électrique de 6,7%, après une augmentation de 69,5% l’année précédente, contre une hausse du volume exporté de 50,7% après un repli de 67,3% il y a une année ».

A titre de rappel, la DEPF avait fait état dans sa précédente note de conjoncture (du mois d’août, N°294) d’une progression soutenue de la production et de la consommation de l’énergie électrique.

Dans cette note, il ressortait que les indicateurs de l’activité du secteur de l’énergie électrique avaient enregistré un raffermissement notable au cours du deuxième trimestre 2021.

« La production de l’énergie électrique s’est renforcée de 15,5% au deuxième trimestre 2021 après +0,7% au T1-2021 et -11,7% au deuxième trimestre 2020, pour clôturer le premier semestre 2021 sur une hausse de 7,9% après une baisse de 7,4% à fin juin 2020 », avait alors écrit la DEPF.

Elle avait attribué cette évolution à la hausse de la production privée de 7,2%, de celle de l’ONEE de 11,3% et de celle des énergies renouvelables relatives à la loi 13-09 de 6,6%.

« Dans un contexte de hausse de l’énergie nette appelée de 6,9% à fin juin 2021, après -4% un an plus tôt, le volume des importations de l’énergie électrique s’est replié de 26,9% à fin juin 2021 (après +76,8% l’année précédente), alors que le volume exporté s’est accru de 51,3% (après -68,4% un an auparavant) », avait ajouté la DEPF.

Dans sa note de conjoncture du mois d’août, il était ressorti également que la consommation de l’énergie électrique s’était favorablement comportée au deuxième trimestre 2021, enregistrant une hausse de 16,6% après -1% au premier trimestre 2021 et -11,3% au deuxième trimestre 2020, pour se solder sur une augmentation de 7,4% au terme du premier semestre 2021 après un retrait de 4,9% un an auparavant.

Pour la DEPF, « cette évolution a été impulsée, particulièrement, par la bonne tenue des ventes de l’énergie de «très haute, haute et moyenne tension» (+9,2%) et de celles de basse tension (+2,5%) », avait-elle expliqué.

Alain Bouithy

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here