Maroc. Le secteur bancaire dans une dynamique positive

Une évolution positive de l’encours des crédits, une quasi-stabilité de la qualité des actifs et des taux d’intérêts bas

0
64

Le secteur  bancaire marocain devrait rester dans une dynamique positive au terme de l’année 2021, a indiqué CDG Capital Insight dans une note d’analyse rendue publique récemment.

Il «devrait continuer de bénéficier globalement d’une toile de fond assez favorable», a affirmé la Direction de CDG Capital Insight dans ce document intitulé «Secteur bancaire – des performances solides prévues pour 2021».

Ainsi, selon Fatima Zahra Erraji, analyste financière à CDG Capital Insight, «pour cette fin de 2021, le secteur bancaire devrait continuer de bénéficier d’une dynamique de croissance des crédits et d’une quasi-stabilité de la qualité des actifs».

Livrant son opinion sur l’évolution des principaux facteurs et enjeux auxquels le secteur bancaire marocain fait face aujourd’hui, la direction de CDG Capital Insight a noté que la distribution des crédits est portée principalement par la reprise de la croissance économique nationale prévue pour cette année. Une évolution qu’attestent «les croissances enregistrées du PIB courant deuxième et troisième trimestres 2021 de 15,2% et 5,9% respectivement».

La direction de CDG Capital Insight estime, par ailleurs, que « la poursuite des mesures de soutien et de relance, qui ont été prolongées jusqu’à la fin du deuxième trimestre de 2021, a contribué au dynamisme qu’ont connu les crédits de trésorerie ».

Dans sa note d’analyse, la direction rappelle à ce propos qu’à fin juin 2021, l’encours des crédits débiteurs et de trésorerie est ressorti à 227 Mrd MAD, contre 206 Mrd MAD à fin décembre 2020. Ce qui correspond à un accroissement de 21 Mrd MAD.

Comme le relève également la même source, l’encours des crédits distribués dans le cadre des programmes Relance a atteint environ 45 Mrd MAD à fin juin 2021 contre 35 Mrd MAD à fin 2020, progressant ainsi d’environ 10 Mrd MAD.

Ainsi, et selon les dernières prévisions de Bank Al-Maghrib, «le rythme d’évolution des crédits destinés au secteur non financier devrait terminer cette année avec une progression de 3,7%, soit un niveau légèrement inférieur à celui enregistré en 2020», anticipe la note.

Sur la qualité des actifs, et après la montée des créances en souffrance enregistrée en 2020, CDG Capital Insight anticipe une légère hausse du taux d’impayé à 8,7% à fin 2021.

Cette évolution tient compte de leur rythme d’évolution courant les neuf premiers mois de l’année, a précisé la direction dans sa note d’analyse expliquant que «cette hausse limitée traduit à notre sens l’évolution positive des indicateurs macroéconomiques couplée à l’assouplissement progressif des mesures contre la Covid-19, suite à une campagne de vaccination réussie ».

Qu’à cela ne tienne, CDG Capital Insight a toutefois noté que «ce niveau demeure assez élevé par rapport à la moyenne historique du fait que les effets de la pandémie continuent de peser sur certains secteurs d’activité et, par conséquent, la solvabilité des ménages et des entreprises est toujours mise à rude épreuve».

Sur les taux d’intérêts que la note juge bas, la direction de CDG Capital Insight constate effectivement que les banques marocaines évoluent aujourd’hui dans un environnement de taux d’intérêt bas ; après que la Banque centrale a décidé de mettre en place «plusieurs actions visant l’assouplissement de la politique monétaire».

Parmi ces mesures, qui visent à relancer la distribution des crédits et soutenir l’économie, on peut citer la diminution du taux directeur qui est passé de 3,25% en 2009 à 1,5% en 2020 et qui s’est globalement traduite par celle des taux d’intérêt.

Comme le fait remarquer la note, cette tendance se poursuit encore cette année avec la baisse enregistrée de 34 pb du taux débiteur global entre le premier semestre 2020 et le deuxième semestre 2021 en moyenne.

Ainsi, pour CDG Capital Insight il ne fait aucun doute que «cette contraction des taux devrait impliquer une légère pression sur la marge d’intermédiation des banques».

Quoi qu’il en soit, tout porte à croire que «la baisse du taux directeur constatée en 2020 a profité au marché des taux qui a affiché globalement une performance remarquable l’année dernière», a constaté la direction estimant que cela représente un effet de base défavorable pour le résultat des activités de marché provenant de l’activité obligataire en 2021.

Alain Bouithy

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here