Maroc. Le PNB du Fonds d’équipement communal maintient sa tendance haussière

0
186
Bonne tenue de l’activité, du niveau de recouvrement et optimisation continue du coût des ressources mobilisées au troisième trimestre

Le produit net bancaire (PNB) du Fonds d’équipement communal (FEC) a maintenu sa tendance haussière au 30 septembre 2020, en dépit du contexte économique et sanitaire actuel.

En effet, le PNB de la Banque est resté bien orienté et s’est établi à 457 millions de dirhams (MDH) au terme du neuvième mois de l’année en cours, selon les indicateurs financiers de l’institution. Ce qui représente une progression de 12%.

« Cette performance résulte de la bonne tenue de l’activité, du niveau de recouvrement ainsi qu’une optimisation continue du coût des ressources mobilisées », a expliqué le Fonds dans un communiqué rendu public jeudi dernier.

Pour rappel, grâce à la bonne tenue des indicateurs d’activité et à l’optimisation du coût des ressources mobilisées, le PNB s’était établi à 293 MDH à la fin du premier semestre 2020, soit une hausse de 11% par rapport à la même période de 2019.

Dans son précédent rapport, la Banque avait aussi soutenu que « le déclenchement du Plan de Continuité de l’Activité (PCA), dès le début du mois de mars 2020, a permis au FEC de maintenir ses capacités opérationnelles, dans le contexte pandémique actuel, permettant ainsi à l’institution de répondre dans les délais aux besoins de financement des collectivités territoriales ».

Selon les indicateurs financiers, au 30 septembre dernier, l’endettement financier du FEC a atteint plus de 20 milliards de dirhams (MMDH). L’institution précise qu’il est constitué principalement de ressources mobilisées sur le marché financier intérieur, notamment à travers les emprunts obligataires qui représentent plus de 36% du volume global.

A titre de comparaison, au deuxième trimestre, l’endettement financier avait atteint, près de 20 milliards de dirhams (MMDH). Il était constitué majoritairement de ressources mobilisées sur le marché financier intérieur notamment à travers les emprunts obligataires qui représentaient alors à eux seuls 40% du volume global.

Concernant les engagements de prêts, il ressort des statistiques publiées par le FEC qu’ils ont atteint 2.857 MDH à fin septembre 2020. Comme l’explique l’institution, ils ont concerné « principalement le financement des programmes de mise à niveau des villes et de développement urbain pour un montant de 1.361 MDH, de désenclavement routier, à travers la construction d’infrastructures routières pour un montant de 1.125 MDH, dont 51% dans le cadre du programme de réduction des disparités territoriales et sociales (PRDTS) en milieu rural ».

Le Fonds explique, par ailleurs, que ces engagements de prêts ont porté sur la réalisation de projets visant le renforcement de la lutte contre la précarité sociale, notamment à travers l’amélioration de l’accès aux soins, pour un montant de 125 MDH.

Au 30 juin dernier, les engagements de prêts avaient atteint 1.297 MDH, en hausse de 4% par rapport à la même période de 2019. Selon le FEC, ils avaient concerné principalement « le financement de projets qui s’inscrivent dans le cadre de programmes de mise à niveau et de développement urbain, de développement et de renforcement des infrastructures de base, d’aménagement de réseaux routiers et de lutte contre la précarité sociale ».

Dans son rapport sur les indicateurs financiers relatif au deuxième trimestre 2020, il était aussi indiqué que le volume global des engagements de prêts a atteint 1.812 MDH au titre du S1 2020, en hausse de 13% par rapport au premier semestre 2019.

S’agissant de l’évolution des décaissements de prêts observée au 30 septembre 2020, il apparaît que ceux-ci se sont élevés à 2.423 MDH au titre des neuf premiers mois de l’année. Il s’agit là d’un repli, par rapport à la même période de l’année dernière, que l’institution attribue notamment au glissement temporel, dans la réalisation de certains projets financés par elle.

Ainsi, comme il l’avait anticipé et annoncé lors des précédents communiqués trimestriels de la Banque, le Fonds d’équipement communal estime que « les décaissements au titre de l’année pleine 2020 seraient de moindre intensité qu’en 2019 ». Une conséquence de la conjoncture actuelle, selon le FEC.

A titre de comparaison, au terme du premier semestre 2020, les décaissements de prêts s’étaient élevés à 1.241 MDH, en hausse de 38% par rapport à la même période de l’année 2019. Et ce malgré la baisse conjoncturelle enregistrée au cours du deuxième trimestre 2020.

Il est important de souligner qu’à fin septembre 2020, les données recueillies par la Banque montrent que « le niveau de l’activité de prêts a permis aux créances sur la clientèle d’atteindre plus de 24 MMDH, dont la quasi-totalité correspond à des crédits à l’équipement », a fait remarquer le FEC.

Alain Bouithy

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here