Maroc. Le PNB du Fonds d’équipement communal en hausse de 9%

En légère hausse par rapport au S1 2020, les décaissements de prêts ont atteint près de 1,3 MMDH au premier semestre

0
117

Le Produit Net Bancaire (PNB) du Fonds d’équipement communal (FEC) a maintenu sa tendance haussière au terme du premier semestre de 2021. Il s’est accru de 9% par rapport au premier semestre 2020.

Selon les chiffres publiés récemment par la Banque, le PNB s’est établi à 321 MDH à la fin du premier semestre 2021. Ce, « grâce notamment à la qualité du portefeuille de la Banque à date », a expliqué l’institution publique dans un communiqué publié récemment.

Pour rappel, au premier trimestre 2021, le PNB était ressorti à 161 MDH, en progression de 10% par rapport à la même période de l’année précédente.

D’après les indicateurs financiers du FEC au titre du deuxième 2021, l’endettement financier de la Banque a atteint près de 21,5 MMDH au 30 juin 2021.

En prévision des tirages dans le cadre des nouveaux accords de financement signés par la Banque au cours de l’année 2021, le FEC a estimé que le montant des emprunts financiers extérieurs devrait augmenter au cours des prochaines années.

La Banque, qui poursuit la mise en œuvre de sa stratégie financière ouverte sur les financements internationaux, a en effet signé en mars 2021 un accord de prêt de 165 millions de Dollars US avec l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA).
Comme cela a été relevé dans son communiqué, elle « a également contracté en juillet 2021 une nouvelle ligne de crédit d’un montant de 200 millions d’Euros auprès de l’Agence française de développement (AFD) ».

A titre de comparaison, l’endettement financier de l’institution avait atteint 21,5 MMDH au 31 mars 2021. D’après les indicateurs financiers au titre du premier trimestre 2021, il était constitué principalement d’emprunts obligatoires et d’emprunts financiers intérieurs qui représentaient alors une part supplémentaire de 70%.

A noter qu’au titre du premier semestre 2021, les décaissements de prêts se sont inscrits en légère hausse par rapport à la même période de 2020, atteignant près de 1,3 MMDH.
Ces décaissements de prêts ont permis à la Banque de participer principalement au financement de projets portant sur la réalisation d’infrastructures routières.

Ils ont aussi contribué au financement de « la mise en œuvre de programmes de mise à niveau des villes et de développement urbain, notamment pour le renforcement des infrastructures de base, la restructuration des quartiers sous-équipés et l’amélioration de l’offre en matière d’équipements socio-culturels et sportifs », explique la Banque.

De moindre intensité que celui enregistré au titre de la même période de 2020 (1,8 MMDH), les engagements de prêts ont pour leur part atteint un volume de 1,5 MMDH au titre du premier semestre 2021.

A en croire le FEC, de même source, cette tendance aurait un impact sur le volume des décaissements de prêts en 2021.
Soulignons que les créances sur la clientèle s’élèvent à plus de 25 MMDH au 30 juin 2021, soit une augmentation de plus de 8% par rapport à la même période de l’année dernière.

D’après le FEC, « suite à la mise en œuvre de la régionalisation avancée, qui a renforcé le rôle, les compétences et les moyens dévolus aux Collectivités territoriales, le poids des Conseils régionaux dans le total des créances de la Banque est en augmentation continue ». Celui-ci est ainsi passé de 9% à fin 2015, à 21% à fin 2018 et à 30% au 30 juin 2021.

A titre de rappel, les engagements de prêts contractualisés au terme du premier trimestre 2021 s’étaient élevés à 794 MDH dont plus de 81% avaient été accordés « aux Conseils préfectoraux et provinciaux et aux Conseils régionaux, respectivement à hauteur de 51% et 30% ».
Comme l’avait relevé la banque dans sa précédente note, ces financements avaient « principalement concerné la réalisation de projets d’infrastructures routières, notamment dans le cadre du Programme de réduction des disparités territoriales et sociales (PRDTS) en milieu rural ainsi que de projets visant le renforcement des infrastructures sportives en milieux péri-urbain et rural ».

S’agissant des décaissements de prêts, les indicateurs du premier trimestre 2021 faisaient état d’une légère hausse de 2% par rapport à la même période de l’année précédente. Ils s’étaient ainsi élevés à 774 MDH.

Précisons que le niveau d’activité de prêts au cours du T1 2021 avait permis à la Banque d’enregistrer une progression de 8% des créances sur la clientèle qui avaient atteint plus de 25 MMDH, correspondant à un accroissement de près de 2 MMDH en glissement annuel.

Alain Bouithy 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here