Pagesafrik.info

Maroc. Le déficit commercial du Maroc continue de se résorber

Le déficit commercial du Maroc s’est de nouveau résorbé. Selon les chiffres publiés récemment par l’Office des changes, il s’est réduit de 32,7% à 5.4Mds de DH, au premier mois de l’année 2021. Tandis que le taux de couverture a enregistré une amélioration de 7,8 points, soit une progression de 68,4%.

En glissement annuel, les données recueillies par l’Office des changes et publiées dans son bulletin sur les indicateurs des échanges extérieurs de janvier 2021 laissent apparaître une baisse des exportations de 5,2% (1,3Md de DH) moins importante que celle de 16% des importations (6,7Mds de DH).

Plus en détail, l’Office explique que « la baisse des importations de biens fait suite au recul des importations de la totalité des groupes de produits en l’occurrence, des produits énergétiques (- 2.029MDH), des biens d’équipement (-1.772MDH), des demi-produits (-1.117MDH), des produits finis de consommation (- 1.104MDH), des produits alimentaires (-460MDH) et des produits bruts (-202MDH) ».

Dans son dernier bulletin mensuel, l’Office fait état de la réduction de 30,4% de la facture énergétique au terme du mois de janvier dernier, suite à « la baisse des approvisionnements en gasoils et fuel-oil (-1.732MDH) due au recul des prix de 31,4% (3.907 DH/T à fin janvier 2021 contre 5.694 DH/T un an auparavant), conjugué à la baisse des quantités importées (-22,5%) : 504mT à fin janvier 2021 contre 650mT à fin janvier 2020 ».

La même source indique que la baisse des importations des biens d’équipement, qui ont atteint 9.029MDH à fin janvier 2021 contre 10.801MDH à fin janvier 2020, s’explique principalement par le recul des achats des moteurs à pistons (-264MDH) et ceux des voitures utilitaires (- 248MDH). En baisse de 12,3%, les approvisionnements en produits finis de consommation reculent en raison essentiellement du repli « des achats des parties et pièces pour voitures de tourisme (-14,7%) et ceux de voitures de tourisme (- 9,7%) » . En parallèle, les exportations accusent une baisse de 5,2% (1.319MDH) pour atteindre 23.981MDH à fin janvier contre 25.300MDH un an auparavant. 

Après analyse de l’évolution des échanges commerciaux, il apparaît que cette baisse touche principalement les ventes du secteur de l’automobile, du textile et cuir et de l’aéronautique. Concernant les exportations du secteur automobile, l’Office indique qu’elles se sont établies à 6.912MDH à fin janvier 2021 contre 7.816MDH une année auparavant. Cette évolution correspond à une baisse de l’ordre de 11,6% (904MDH). Elle est attribuée principalement au « recul des ventes du câblage (–12,2% ou – 397MDH) et de la construction (- 14,3% ou -389MDH) », indique l’Office des changes soulignant que la part de ce secteur dans le total des exportations s’élève, ainsi, à 28,8% à fin janvier 2021 contre 30,9% un an auparavant. S’agissant des exportations du secteur du textile et cuir, les chiffres montrent qu’elles ont reculé de 16,2% (476MDH) pour atteindre 2.462MDH à fin janvier 2021 contre 2.938MDH à fin janvier 2020.

A en croire le bulletin des indicateurs des échanges extérieurs, les exportations de ce secteur ont été affectées principalement par le recul des ventes des vêtements confectionnés (-299MDH) et celles des chaussures (-100MDH).

Soulignons que les ventes du secteur aéronautique reculent, pour leur part, de 24,8%. Selon le bulletin de l’Office, la baisse des exportations (-5,2%) est atténuée essentiellement par la hausse des ventes des phosphates et dérivés et celles des autres extractions minières. En effet, les exportations du secteur affichent une hausse de 12,6% à fin janvier 2021 provenant principalement de l’accroissement des ventes de l’acide phosphorique de 44,8% (317MDH) et celles des engrais naturels et chimiques de 13,1% (234MDH). Alors que celles des exportations des phosphates baissent de 27,9% (164MDH). 

Ainsi, «la part de ce secteur dans le total des exportations gagne 2,2 points passant de 12,2% à fin janvier 2020 à 14,4% à fin janvier 2021», souligne-t-on. Notons enfin que les exportations du secteur «agriculture et agroalimentaire » et celles du secteur «électronique et électricité» enregistrent une quasi stabilité à fin janvier 2021. Une évolution qui s’explique par «la baisse des ventes de l’agriculture, sylviculture, chasse de 77MDH compensée, toutefois, par la hausse des ventes de l’industrie alimentaire (+70MDH)», relève-t-on de même source.

Alors que la balance des échanges de services affiche parallèlement un excédent en baisse de 44,7% (3.583MDH). «Cette baisse s’explique à hauteur de 70,9% par la chute des recettes voyages, principale composante des exportations de services», précise le bulletin.

Alain Bouithy

Aller à la barre d’outils