Maroc: L’activité portuaire fait de la résistance malgré la crise

Hausse du trafic à 5,3% à fin novembre, selon l’ANP

0
247

L’activité portuaire est restée sur une tendance haussière au terme du onzième mois de l’année 2020, selon les données publiées par l’Agence nationale des ports (ANP). « Le trafic transitant par les ports gérés par l’ANP a atteint à fin novembre 2020 un volume global de 84,7 millions de tonnes, marquant ainsi une hausse de 5,3%, en glissement annuel », a en effet annoncé le régulateur portuaire.

Rappelons qu’en octobre dernier, le trafic global avait atteint un volume global de 77,4 millions de tonnes, correspondant à une hausse de 4,2% par rapport à la même période un an auparavant.

Dans une note de synthèse relative aux activités portuaires du mois dernier, l’organe de régulation des ports marocains a indiqué qu’au titre du seul mois de novembre 2020, l’activité portuaire a enregistré une hausse de 17,8% par rapport au même mois de l’année écoulée, en se chiffrant à 7,3 millions de tonnes.

Selon la même source, par nature de flux, les données recueillies par l’Agence nationale des ports montrent une hausse de 5,7% des importations avec un volume de 51,9 MT.

A en croire l’ANP, « cette variation s’explique notamment par la hausse des importations des céréales(+37,2%), du sucre (+15,5%), des aliments de bétails (+13%), du charbon (+5,6%), de l’ammoniac (16,9%), de l’acide sulfurique (+31,1%) et du soufre (+12%)».

Dans sa note de synthèse, le régulateur note aussi une progression de 5,6% des exportations, soit un trafic global de 30,2 MT, due particulièrement au fort rebond du trafic des engrais (+29,6%).

Le trafic par nature de flux fait également ressortir «un repli de 6,8% des volumes du cabotage, avec un trafic de 2,7 MT, induit essentiellement par la baisse du trafic des hydrocarbures (-9,8%) notamment le gasoil au port de Mohammedia (- 38,3%)», d’après l’agence.

En ce qui concerne le trafic par port, il apparaît que trois ports captent plus de la moitié du trafic global des ports gérés par l’ANP au terme des onze premiers mois. Il s’agit des ports de Mohammedia, Casablanca et Jorf Lasfar qui ont assuré le transit de 66 millions de tonnes, représentant environ 77,8% du trafic.

En détail, et selon les principales évolutions enregistrées par port, il ressort que le port de Jorf Lasfar conserve sa première place avec une quote-part de 40,4% du trafic global. Avec un volume de 34,2 millions de tonnes à fin novembre 2020, il a enregistré une hausse de 5,5% par rapport à la même période de l’année précédente, résultant principalement du «fort rebond des exportations des engrais (+31,3%), des importations des céréales (+30%), du soufre (+16,8%), de l’acide sulfurique (+33%) et de l’ammoniac (+16,9%) », selon l’ANP. Le port de Casablanca a assuré le transit de 27,6 MT à fin novembre 2020, soit une hausse modérée de 1,2% par rapport à la même période de l’année précédente.

A en croire les explications de l’ANP, « cette variation est due d’une part à l’augmentation des importations des céréales (+29,1%), du sucre (+15,5%) et d’autre part à la baisse des importations des conteneurs (-4,8%) et des exportations du sel (-75,3%) ». Et de préciser que l’activité du port de Casablanca a représenté près de 32,6% du trafic global. Avec un volume de 4,1 MT, l’activité du port de Mohammedia a accusé une baisse de 13,8% par rapport aux onze premiers mois de l’année 2019.

Pour le régulateur portuaire, cette variation est due principalement à la baisse du trafic du gasoil qui a enregistré un recul de 20,5%. Autres activités en recul observées au terme du onzième mois de l’année qui s’achève, celle des ports de Nador et de Laâyoune.

Avec un volume d’environ 2,9 millions de tonnes à fin novembre, l’activité du premier port a connu une légère baisse de 1,5% suite d’une part au recul des exportations de la barytine (-61,8%) et d’autre part à la hausse des importations des céréales (+144,6%).

Avec 1,6 million de tonnes, le trafic du deuxième port «a enregistré une baisse de 7,6% par rapport à la même période de l’année 2019, induite particulièrement par la baisse des exportations du phosphate (-5,6%), du sable (-13,2%) et des importations du gasoil (- 9,4%)»,selon la note de synthèse de l’ANP.

Soulignons en revanche que les ports de Safi ont atteint un volume d’environ 8,1 MT, soit une hausse de 34,8% en glissement annuel ; imputable notamment au fort rebond des importations du charbon (+ 393%), des céréales (113,2%) et des exportations des phosphates (+104,9%) et du gypse (+28,2%).

Hausse que l’on retrouve également du côté du port d’Agadir qui, avec un volume de 5,5 millions de tonnes, a vu son activité progresser de 19,6%, suite « essentiellement à la progression des importations des céréales (+40,9%) et des exportations du clinker (+52%) », selon la même source relevant, en revanche, une baisse de 13,1% du trafic des agrumes et primeurs.

A noter que l’activité des conteneurs s’est chiffrée à 1.115.882 EVP à fin novembre, soit une baisse de 4,3%. Tandis qu’en tonnage, le trafic des conteneurs a accusé une baisse de 3,6%, avec un volume de 10,9 millions de tonnes.

S’agissant des céréales, il ressort que les importations se sont chiffrées à 8,8 millions de tonnes, marquant ainsi une forte progression de 37,2% par rapport à la même période de l’année précédente. Avec une forte concentration de cette activité au port de Casablanca avec 5,1 millions de tonnes, représentant environ 57,4% du trafic global des céréales.

Quant au trafic des phosphates et dérivés, il a atteint un volume d’environ 33,2 millions de tonnes, soit une hausse de 12,6%, après un fort rebond des exportations des engrais (+29,3%) et du phosphate (+4%) et des importations du soufre (+12%), de l’ammoniac (+16,9%) et de l’acide sulfurique (+33%).

Dans sa note, l’ANP a également annoncé que le trafic TIR a atteint un volume de 17.350 unités, soit une hausse de 17% en glissement annuel, soulignant que le port de Nador a assuré, à lui seul, 17.267 unités, représentant 99,5% du trafic global TIR.

Enfin, le trafic des passagers ayant transité par les ports relevant de l’Agence a atteint 289.159 passagers, soit une forte baisse de 87,1% en glissement annuel. Tandis que l’activité des croisières a marqué une forte baisse de 85%, durant la même période.

Alain Bouithy

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here