Maroc. L’activité économique devrait bondir de 14,7% au deuxième trimestre

L’économie nationale se serait redressée de 0,7% au premier trimestre

0
149

L’horizon semble s’éclaircir pour l’économie nationale. Après quatre trimestres de baisses successives et un léger redressement au premier trimestre 2021, l’économie nationale devrait retrouver une bonne dynamique au deuxième trimestre 2021.

En effet, l’activité économique progresserait de 14,7% au deuxième trimestre 2021, au lieu d’une contraction de -15,1% au même trimestre de l’année précédente, profitant d’un effet d’ajustement de base lié à la chute de 15,1% de l’activité pendant la période de confinement au deuxième trimestre 2020, a annoncé le Haut-commissariat au plan (HCP) dont les récentes prévisions se basent sur une hausse de 15,9% de la valeur ajoutée agricole et de 13,4% de celle hors agriculture.

Selon les prévisions de l’institution publique, «la valeur ajoutée hors agriculture afficherait un accroissement de 13,4%, au deuxième trimestre 2021, en glissement annuel».

Dans le secteur tertiaire, l’activité poursuivrait sa reprise dans les services marchands notamment de commerce, de transport et de la restauration, prévoit le Haut-commissariat dans sa dernière note de conjoncture.

« Dans l’ensemble, le secteur tertiaire contribuerait pour +5,9 points à l’évolution du PIB, au lieu de +4,2 points pour le secondaire. Les activités industrielles, d’électricité et de construction évolueraient à un rythme relativement plus soutenu qu’au trimestre précédent », souligne-t-il de même source.

Le HCP prévient cependant que la croissance de l’activité minière ralentirait, s’établissant à +1,4%, en rythme annuel, au lieu de +7,9% une année auparavant.

Selon l’organisme de statistiques, « les perspectives de remontée des exportations chinoises, le renchérissement des engrais et l’augmentation des coûts de vente au niveau de certains marchés traditionnels sont autant de facteurs qui amortiraient l’expansion de la demande étrangère adressée aux engrais phosphatés, induisant une modération de l’activité phosphatée locale ».

Quant à la production des autres minerais, leur dynamique devrait se poursuivre, en ligne avec l’amélioration des perspectives de croissance des activités industrielles européennes, assure-t-il.

De son côté, la croissance de la valeur ajoutée agricole devrait s’accélérer pour atteindre 15,9%, au lieu d’une baisse de 8,9% une année plus tôt.

Tirée par une poursuite du redressement de la production végétale et une légère accélération de celle des filières animales, « cette performance s’accompagnerait par une sensible régression des importations agricoles, notamment en céréales, après avoir culminé à plus de 3 millions de tonnes au cours de la même période de 2020 », selon le HCP.

Au premier trimestre 2021, le Haut-commissariat indique que l’économie nationale se serait redressée de 0,7%, après quatre trimestres de baisses successives. Comme l’explique le HCP dans sa note, « cette évolution serait attribuable à l’accroissement de 13,7% de la valeur ajoutée agricole, dans un contexte d’une baisse de 1% de la valeur ajoutée non-agricole, au lieu de -5,5% un trimestre plus tôt ».

Notons que les branches tertiaires auraient poursuivi leur baisse à un rythme moins accentué en comparaison avec le trimestre précédent, contribuant pour -0,7 point à l’évolution du PIB, au lieu de -3,8 points un trimestre auparavant. Selon le Haut-commissariat, « les activités secondaires auraient, pour leur part, affiché une baisse limitée à -0,3%, au lieu de -1,6% un trimestre auparavant, contribuant pour – 0,1 point. L’industrie manufacturière aurait fléchi de 0,8%, au premier trimestre 2021, après -1,6% un trimestre auparavant ».

Concernant la valeur ajoutée agricole, elle aurait été particulièrement dynamique au premier trimestre 2021, affichant une progression de 13,7% en variation annuelle, après huit trimestres de baisses consécutives.

De son côté, « la demande intérieure se serait légèrement redressée au premier trimestre 2021. La consommation des ménages, qui avait régressé de 4,3% au quatrième trimestre 2020, se serait redressée de 0,8% au premier trimestre 2021, dans le sillage d’un léger redressement des achats de biens manufacturés ».

Selon les chiffres recueillis par le HCP, l’investissement se serait infléchi de 1,9% par rapport à l’année précédente, au lieu de – 9,8% un trimestre plus tôt, pâtissant du ralentissement de l’équipement en produits manufacturés et immobiliers. La masse monétaire aurait évolué au rythme de +7,6%, au premier trimestre 2021, après +8,4% un trimestre auparavant, en glissements annuels.

Tandis que « la croissance des créances sur l’économie aurait continué de décélérer depuis le troisième trimestre 2020 », poursuit le HCP précisant que leur encours aurait augmenté de 4,1%, au premier trimestre 2021, au lieu de +4,6% un trimestre plus tôt.

Enfin, au cours de la même période, le marché des actions aurait renoué avec une croissance positive au premier trimestre 2021. « La plupart des indices boursiers auraient affiché des évolutions haussières importantes, en variations annuelles, dues en grande partie à un ajustement mécanique lié aux chutes brutales enregistrées au premier trimestre de l’année 2020 avec l’apparition de la pandémie », selon les explications du HCP.


Alain Bouithy

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here