Maroc. L’activité du transport aérien retrouve la croissance au deuxième trimestre

Le retour à la normale n 'est tout de même pas pour demain

0
163

Après une année décevante, marquée par des restrictions dues à la persistance de la pandémie au niveau mondial et national, la situation du secteur du transport aérien s’est vraisemblablement améliorée au deuxième trimestre 2021.

Tirant profit de l’ouverture progressive des frontières aériennes nationales depuis le 15 juin dernier, le secteur a renoué avec la croissance au deuxième trimestre 2021.

Selon la Direction des études et des prévisions financières (DEPF), relevant du ministère de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’administration, le nombre de passagers accueillis dans les aéroports nationaux a atteint +1818,4% au deuxième trimestre 2021 contre un repli de 70,2% observé au premier trimestre 2021.

De son côté, le trafic du fret aérien a enregistré une progression de +92,1% au titre du même trimestre, après avoir accusé un recul de 20,4% au terme des trois premiers mois de l’année en cours, a noté la DEPF dans sa note de conjoncture du mois d’août (N°294).

L’analyse des données relatives à ce secteur montre qu’«entre le 15 juin et le 30 juin 2021, le flux de passagers s’est chiffré à 476.542 passagers, à travers 4.704 vols (arrivées et départs internationaux), après 15.969 passagers à la même période de 2020 et 1,1 million de passagers en 2019, pour représenter 45% du nombre réalisé à la même période d’avant la crise sanitaire», a indiqué la DEPF.

L’amélioration de la situation du secteur du transport aérien au deuxième trimestre ne surprend pas ce département qui l’avait annoncé dans sa note de conjoncture de juillet dernier (N° 283). Dans cette note, la DEPF avait indiqué que cette évolution devrait se faire « en phase avec la levée graduelle des restrictions sur la mobilité entre les villes et la réouverture progressive des frontières aériennes nationales à partir du 15 juin 2021 ».

L’évolution de la situation du secteur du transport aérien intervient après de longs mois d’inquiétudes marqués par une crise qui a eu raison sur l’activité du transport. Comme l’avait relevé la DEPF dans sa précédente note de conjoncture, la valeur ajoutée du secteur de transport demeurait en repli jusqu’à récemment.

En effet, quoi qu’en atténuation, elle était passée d’un recul de 60,4% au deuxième trimestre 2020 à -10,9% au premier trimestre 2021, après une régression de 8,2% enregistré au premier trimestre de l’année écoulée.

Dans ce numéro (283), la DEPF faisait encore état de ce que « le secteur a pâti de la suspension des liaisons aériennes avec 54 pays et de la prolongation de l’état d’urgence sanitaire ».

Dans ces conditions, « le trafic de passagers s’est replié de 70,2% (après -12,5%) et celui du fret aérien de 20,4% (après -4,5%) », avait-elle poursuivi avant de soutenir que le secteur du transport s’améliorerait au deuxième trimestre 2021.

Il sied tout de même de souligner ici qu’au terme des six premiers mois de l’année, «le nombre de passagers aériens s’est replié de 50,2% en une année et de 78,8% comparé à fin juin 2019», a fait savoir la DEPF dans sa note de conjoncture.

Selon la même source, au premier semestre 2021, «le fret aérien s’est amélioré de 13,7% par rapport à fin juin 2020 et s’est contracté de 27,6% par rapport à fin juin 2019». Quoi qu’il en soit, l’embellie dont a fait écho la DEPF dans sa note de conjoncture du mois en cours reste cependant suspendue à l’évolution de la situation dans un secteur toujours menacé par la pandémie de Covid et son variant.

Alain Bouithy

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here