Maroc. Forte détérioration du niveau de vie des ménages

La situation financière, au cours des 12 derniers mois, a atteint son niveau le plus bas depuis 2008

0
144
DR

Le moral des ménages a continué à se dégrader au quatrième trimestre 2020. Comparé au même trimestre de l’année précédente, il est resté au plus bas au terme de l’année qui vient de s’écouler.

Selon les résultats de l’enquête permanente de conjoncture menée par le Haut-commissariat au plan (HCP) au titre du quatrième trimestre de l’année 2020, «la confiance des ménages a connu une stabilité au quatrième trimestre de 2020 par rapport au trimestre précédent et une dégradation par rapport au même trimestre de l’année précédente».

Ainsi, «au quatrième trimestre de 2020, l’indice de confiance des ménages (ICM) s’est établi à 61,2 points au lieu de 60,6 points le trimestre précédent et 77,8 points le même trimestre de l’année précédente», a relevé le HCP dans une note d’information sur les résultats de sa dernière enquête de conjoncture auprès des ménages.

Selon l’enquête réalisée au terme de l’année 2020, au quatrième trimestre de 2020, plus de la moitié des ménages(59,8%) déclare une dégradation du niveau de vie au cours des 12 derniers mois, 27% un maintien au même niveau et 13,2% une amélioration.

A en croire l’institution publique, «le solde d’opinion sur l’évolution passée du niveau de vie est resté négatif, à moins 46,6 points, contre moins 35,6 points au trimestre précédent et moins 20 points au même trimestre de l’année passée».

Pessimistes, 41,7% des ménages sondés s’attendent à une dégradation du niveau de vie au cours des 12 prochains mois, contre 34% à un maintien au même niveau et 24,3% à une amélioration. Le solde d’opinion relatif à cet indicateur est ainsi resté le même par rapport au trimestre précédent, avec moins 17,4 points, alors qu’il s’est dégradé par rapport au même trimestre de l’année précédente (moins 2,2 points), a noté le HCP.

Le pessimisme des ménages est encore plus élevé lorsqu’il s’agit du chômage, selon les résultats de l’enquête qui montrent qu’au quatrième trimestre de 2020, 85% contre 6,7% des ménages s’attendent à une hausse du chômage au cours des 12 prochains mois.

Ainsi, selon la nouvelle note d’information du Haut-commissariat, «le solde d’opinion est resté négatif à moins 78,3 points contre moins 82 points un trimestre auparavant et moins 71,6 points un an auparavant».

Si le sentiment de détérioration du niveau de vie prédomine, il ressort aussi de cette enquête que 73,1% contre 11,8% des ménages considèrent que le moment n’est pas opportun pour effectuer des achats de biens durables. Pour le Haut-commissariat, le solde d’opinion de cet indicateur s’est ainsi établi à moins 61,2 points contre moins 63,5 points le trimestre précédent et moins 29,2 points le même trimestre de l’année 2019.

Selon toujours les perceptions des ménages au quatrième trimestre de l’année dernière, si 61,9% des ménages estiment que leurs revenus couvrent leurs dépenses, plus d’un tiers d’entre eux (33,6%) déclare s’endetter ou puiser dans leur épargne. Ils sont 4,5% à affirmer qu’ils épargnent une partie de leur revenu. Concernant cet indicateur, l’enquête a révélé que le solde d’opinion est resté ainsi négatif, à moins 29,1 points contre moins 31,5 points le trimestre précédent et moins 26,4 points l’année précédente.

En revanche, ils sont 46,6% contre 6,7% à considérer que leursituation financière s’est dégradée au cours des 12 derniers mois. S’il ressort que le solde d’opinion relatif à cet indicateur est resté négatif, le HCP fait remarquer qu’il a «atteint son niveau le plus bas depuis le début de l’enquête en 2008 avec moins 39,9 points contre moins 34 points au trimestre précédent et moins 22,1 points au même trimestre de l’année précédente».

S’agissant de l’évolution de leur situation financière au cours des 12 prochains mois, 23,2% contre 22,6% des ménages s’attendent à une amélioration de leur situation financière.

En conséquence, «le solde d’opinion de cet indicateur s’est établi à 0,6 point en amélioration par rapport au trimestre précédent (moins 11,9 points) et en détérioration par rapport au même trimestre de l’année précédente (15,9 points)», a déduit le HCP.

S’agissant d’autres aspects des conditions de vie (capacité des ménages à épargner et l’évolution des prix des produits alimentaires) dont l’enquête fournit également les données trimestrielles sur la perception des ménages, le HCP a noté que 17,1% contre 82,9% des ménages s’attendent à épargner au cours des 12 prochains mois, alors 67,5% d’entre eux ont estimé que les prix des produits alimentaires devraient continuer à augmenter contre 2,9% seulement qui s’attendent à leur baisse.

Soulignons qu’ils sont 75,8% à déclarer que les prix des produits alimentaires ont augmenté au cours des 12 derniers mois contre une proportion minime des ménages (1,1%) qui ressentent leur diminution.

Alain Bouithy

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here