Maroc. Baisse de l’activité portuaire en janvier dernier

Les ports de Casablanca, Jorf Lasfar et Mohammedia ont capté 76,1% du trafic global des ports gérés par l’ANP

0
86

L’année 2021 a mal commencé pour les ports gérés par l’Agence nationale des ports (ANP), après avoir affiché sa résilience au terme de l’année 2020. Afin janvier 2021, le trafic commercial a atteint un volume global de 7,5 millions de tonnes, accusant ainsi une baisse de 7,7% par rapport à la même période de l’année écoulée.

Pour rappel, au terme de l’année précédente, le trafic commercial dans les ports gérés par l’organe de régulation des ports marocains, avait atteint un volume global de 92,5 millions de tonnes, correspondant à une hausse de 5,1%.

Selon l’ANP, les données statistiques du mois dernier laissent apparaître, par nature de flux, un recul de 5,1% des importations, avec un volume de 4,8 MT, suite notamment à la régression des importations des céréales (-13,1%), du charbon (-3,9%), du coke de pétrole (-43%) et des hydrocarbures (- 15%).

Dans une note de synthèse sur l’activité portuaire du mois de janvier 2020, l’Agence nationale des ports a aussi noté « une régression de 12% des exportations, soit un trafic global de 2,4 MT, due particulièrement à la forte baisse du trafic des phosphates(-29,9%), du clinker (-25%) et des engrais (-9,7%) ».

La même source fait également état d’un décroissement de 13,3% des volumes du cabotage, avec un trafic de 257.000 de tonnes, induit essentiellement par la baisse du trafic des hydrocarbures (-27,8%) notamment le gasoil au port de Mohammedia (-72,2%).

Selon la répartition du trafic par port, les ports de Mohammedia, Casablanca etJorf Lasfar ont assuré le transit d’environ 5,7 millions de tonnes, captant ainsi environ 76,1% du trafic des ports gérés par l’ANP.

Avec un trafic chiffré à 3 millions de tonnes à fin janvier 2021, le port de Jorf Lasfar a enregistré une baisse de 16,1%, par rapport à la même période de l’année précédente. Malgré cette régression, due principalement à la baisse des exportations des engrais(-11,6%), des importations des céréales (-42%), du soufre (-4,5%) et du charbon (- 43,5%), ce port garde sa première place avec une quote-part de 40,1% du trafic global.

Le port de Casablanca, a de son côté, assuré le transit de 2,3 MT à fin janvier 2021, marquant ainsi une baisse de 5% par rapport à la même période de l’année précédente. « Cette variation est due, d’une part, à l’augmentation des importations des céréales (+17,4%), du sucre (+22,1%) et d’autre part, à la baisse des exportations des conteneurs (-5,5%) et des phosphates (- 30,6%) », a expliqué l’ANP dans sa note précisant que le port casablancais a capté près de 30,9% du trafic global.

L’activité du port de Mohammedia a, pour sa part, atteint un volume de 384.348 tonnes, accusant un recul de 26,1% par rapport au premier mois de l’année 2020 qui s’explique principalement par « la baisse des importations du gasoil (- 49,7%), des huiles de base (-66,6%) et du bitume (-17,4%), d’une part, et du cabotage du gasoil (-72,2%), du fuel oïl (-100%) et de l’essence (- 100%), d’autre part », a relevé l’agence.

Soulignons que les activités de trois autres ports ont également affiché des baisses à fin janvier dernier. C’est le cas du port d’Agadir dont l’activité a connu une baisse de 25,5%, en raison essentiellement de la régression des importations des céréales (-59,8%) et des exportations du clinker (-31,7%), bien que le trafic des agrumes et primeurs a progressé de 6,3%.

Idem pour le port de Nador qui a connu une baisse de 18,9%, pour un volume d’environ 204.898 tonnes à fin janvier 2021, suite d’une part, au recul du trafic TIR (- 29,6%) et d’autre part, à la forte baisse des importations du charbon (-64,8%).

En forte baisse de 35,4% par rapport à la même période de l’année 2020, suite particulièrement à la baisse des exportations du phosphate (-47,2%), du sable (-3,9%) et des importations du gasoil (-16,2%), le trafic du port de Laâyoune a de son côté, attient 123.295 tonnes au terme du mois dernier.

Il est important de souligner que, contrairement à tous les autres ports gérés par l’agence nationale des ports, celui de Safi a enregistré une croissance de +132% à fin janvier, avec un volume de 905.864 de tonnes. Cette évolution est « imputable notamment au fort rebond des importations du charbon avec un volume de 384.361 tonnes, contre 31.500 tonnes en janvier 2020 », a expliqué l’ANP dans sa note de synthèse.

A noter que l’activité des conteneurs dans les ports relevant de l’ANP s’est chiffrée à 114.166 EVP durant le premier mois de l’année 2021, soit une légère hausse de 0,8% ; les importations des céréales se sont chiffrées à 609.000 tonnes, reculant de 13,1% par rapport à fin janvier de l’année précédente, tandis que le trafic des phosphates et dérivés a atteint un volume d’environ 2,7 millions de tonnes, soit une baisse de 8,3%.

Précisons que la baisse des phosphates « est due principalement au fort recul des exportations du phosphate de 29,9% et des engrais de 8,9%, même si les autres produits ont enregistré des hausses, notamment l’ammoniac (+8,6%), l’acide phosphorique (+17,9%) et l’acide sulfirique (+22%) », selon l’ANP.

Autres chiffres relevés de même source, le trafic global des hydrocarbures s’est chiffré à 0,9 million de tonnes à fin janvier 2021, marquant ainsi une forte baisse de 16,6% par rapport au même mois de l’année écoulée. Tandis que le trafic TIR a atteint un volume de 1.516 unités, soit une baisse de 12,4% par rapport à fin janvier de l’année 2020.

Alain Bouithy

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here