L’Oréal-Unesco pour les femmes et la science : 20 chercheuses africaines primées pour leur excellence scientifique

Prix Jeunes Talents Afrique subsaharienne

0
446
Lors d’une cérémonie de remise du Prix Jeunes Talents organisée le 25 novembre à Kigali, au Rwanda, elles ont été célébrées devant un public venu de tout le continent africain.

La Fondation L’Oréal et l’UNESCO a dévoilé lundi 29 le palmarès du 12ème Prix Jeunes Talents Afrique subsaharienne L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science. Ce Prix régional récompense chaque année vingt chercheuses pour l’excellence académique de leurs travaux.

Issues de 17 pays, ces 15 doctorantes et 5 post-doctorantes primées en 2021 incarnent par leur parcours et leur sujet de recherche, toute la diversité́ et le potentiel de la science africaine d’aujourd’hui et de demain.

LES FEMMES SCIENTIFIQUES AFRICAINES, ACTRICES CLÉS DU DÉVELOPPEMENT DU CONTINENT

Le Jury du Prix Jeunes Talents Afrique subsaharienne 2021, présidé par le Pr Aggrey Ambali, Directeur de la coopération technique et du financement des programmes au sein de l’Agence de développement de l’Union africaine (AUDA-NEPAD), a sélectionné les 20 Jeunes Talents parmi près de 440 candidatures. Pour la première fois depuis l’existence du prix, des Jeunes Talents originaires de l’Eswatini (ex-Swaziland) et du Gabon figurent dans le palmarès de cette année.

Une fois de plus, les Jeunes Talents de cette année démontrent que les femmes scientifiques africaines sont un atout décisif pour le développement du continent. Portées par leur engagement, elles s’illustrent dans leur domaine avec excellence : de la chimie à la virologie en passant par la biologie, la neurologie ou encore la physique nucléaire. À travers leurs recherches, elles contribuent à l’amélioration significative des conditions de vie de millions de personnes à travers l’Afrique et le monde.

Lors d’une cérémonie de remise du Prix Jeunes Talents organisée le 25 novembre à Kigali, au Rwanda, elles ont été célébrées devant un public venu de tout le continent africain, parmi lequel figuraient des représentants du monde scientifique et des pouvoirs publics des intellectuels, leaders d’opinion, et des organisations promouvant l’égalité des genres. Parmi les personnalités présentes, Mme la Ministre de l’Éducation du Rwanda, Dr. Valentine Uwamariya, Mme la Ministre de l’Innovation du Rwanda, Paola Ingabire, Son Excellence Mr l’Ambassadeur de France au Rwanda, Antoine Anfre, et Mr le Directeur régional de l’UNESCO pour l’Afrique de l’Est, Prof. Hubert Gijzen.

Ces jeunes femmes ont aussi en commun une détermination exemplaire que les obstacles qu’elles rencontrent ne peuvent altérer. Certaines de ces difficultés sont inhérentes au monde de la recherche scientifique en Afrique subsaharienne, comme le manque de moyens financiers et techniques pour mener à bien des recherches. D’autres sont spécifiques au fait même d’être une femme : attendus sociaux rendant particulièrement difficile l’équilibre entre la vie professionnelle et le rôle d’épouse ou de mère. Ou encore, manque de rôles-modèles, et parfois les réticences de certains directeurs de recherche à employer des femmes. Résultat : la recherche mondiale fait encore aujourd’hui trop peu de place aux femmes : seulement 33 % des chercheurs dans le monde sont des femmes. Et la part des femmes africaines parmi les chercheurs mondiaux est, elle, de 2,6 %.

« Aujourd’hui, plus que jamais, le monde a besoin de science, et la science a besoin des femmes, et cela est particulièrement vrai pour l’Afrique subsaharienne. Pourquoi se priver de tels talents, alors que la science et l’innovation sont des leviers de croissance indispensables au continent ? », déclare Alexandra Palt, Directrice Générale de la Fondation L’Oréal.

LE PALMARÈS DU PRIX JEUNES TALENTS AFRIQUE SUBSAHARIENNE 2021

Ces 20 Jeunes Talents 2021 rejoignent les 3 900 chercheuses, doctorantes et post-doctorantes, qui ont été accompagnées et distinguées dans plus de 110 pays à travers le monde, par le programme Pour les Femmes et la Science depuis sa création en 1998. Dans le cadre de ce prix régional, les jeunes chercheuses ont reçu un soutien financier les aidant à poursuivre leurs travaux de recherche (dotation de 10 000 € pour les doctorantes et de 15 000 € pour les post-doctorantes). Elles ont aussi bénéficié d’une formation d’excellence (management, négociation, prise de parole en public…) qui vise à leur donner plus de moyens de briser le plafond de verre, ainsi que d’une campagne de visibilité presse et digitale afin de mettre en lumière leurs profils et d’inspirer de futures générations de chercheuses.

« Nous avons besoin de modèles pour les femmes et jeunes filles scientifiques, et nous devons mettre en lumière le travail scientifique essentiel effectué par des femmes scientifiques dans le monde. Notre objectif est de changer les tendances discriminatoires dont elles sont victimes, avec urgence et ensemble ! », indique Shamila Nair-Bedouelle, Sous-Directrice générale pour les Sciences exactes et naturelles à l’UNESCO.

Découvrez le palmarès du Prix Jeunes Talents Afrique subsaharienne 2021

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here