L’ITFC accroît le développement du secteur des PME en Afrique de l’Ouest

0
813
Évènement de lancement du programme au Sénégal, en Novembre dernier.

La Société Internationale Islamique de Financement du Commerce (ITFC) a lancé en 2018 un programme destiné à améliorer l’accès au financement du commerce pour les PME de huit pays d’Afrique de l’Ouest et en dévoile aujourd’hui les premiers résultats.

Doté d’une enveloppe de 18 millions de dollars, le « Programme de l’ITFC pour les PME d’Afrique de l’Ouest » a pour objectif de combler le déficit de financement du commerce des PME de la région. Pour cela, le programme met en place, entre autres, des lignes de financement, un renforcement des capacités et des services de conseil auprès de banques et de PME partenaires au sein de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), comprenant le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Mali, le Niger, le Sénégal et le Togo.

« Les PME sont la clé de la transformation socio-économique. C’est pourquoi le secteur est au cœur de la stratégie de l’ITFC pour le développement des pays membres. Nous sommes convaincus que le programme bénéficiera grandement des partenariats signés et nous sommes impatients de déployer le programme dans tous les pays de l’UEMOA », a déclaré M. Hani Salem Sonbol, Directeur Général de l’ITFC.

Il faut savoir que les PME représentent 90% des entreprises en Afrique de l’Ouest et pourvoient 80% des emplois du secteur privé. Elles sont, dans la zone UEMOA, l’un des vecteurs principaux du progrès économique et social. Elles sont cependant souvent confrontées à des problèmes d’organisation, auxquels se greffent fréquemment des difficultés de structuration, un faible niveau de formation et une capacité financière restreinte, forçant les établissements de crédit à douter de la solvabilité de leurs dossiers.

C’est au Burkina Faso que le premier pilote du « Programme ITFC pour les PME d’Afrique de l’Ouest » a été lancé en octobre 2018. 22 PME ont été sélectionnées parmi 60 dont les demandes de financement avaient été antérieurement rejetées par Coris Bank (CBI), la banque partenaire du projet.

D’une durée de huit mois, le pilote a permis d’augmenter de 27% les approbations de financements. Plus d’un million USD ont d’ores et déjà été octroyé aux PME bénéficiaires du programme et 300.000 USD supplémentaires sont encore à l’étude.

« L’apport a été conséquent. Nous avons revisité avec les différents formateurs qui se sont succédés les règles de base de gestion mais également comment défendre son projet auprès d’un banquier. Tous ces apports ont été nécessaires et aujourd’hui je suis heureux d’avoir obtenu un financement qui me permet d’acquérir le matériel nécessaire à notre développement », raconte Christophe Yaméogo, directeur général de la PME Impulsion, une agence de services en communication à Ouagadougou.

« Grâce aux conseils délivrés durant la formation, nous avons opéré beaucoup de changements dans l’entreprise concernant la gestion financière de celle-ci et avons amélioré notre gestion des employés. Je pense sincèrement que cela a été bénéfique, au-delà du financement reçu » confit Aziz Kalli, associé de la PME TWK à Ouagadougou.

Le deuxième pilote du programme a été lancé en novembre dernier au Sénégal. Une centaine de PME, dont plusieurs dirigées par des femmes, vont être sélectionnées, notamment sur la base du niveau de maturité de leur projet.

Pour ces deux pilotes, l’ITFC a sélectionné Coris Bank International comme partenaire en raison de sa forte présence dans la région. La banque a joué un rôle essentiel en tant que partenaire clé du programme.

Dans la mesure où le Programme des PME d’Afrique de l’Ouest a une portée régionale, il a été important pour l’ITFC de faire le choix de partenaires locaux qui partagent les mêmes objectifs. Au Burkina Faso, c’est la Maison de l’Entreprise qui a organisé les 5 modules de formation adressés aux PME, révisé les projets et resoumis les dossiers à Coris Bank. Au Sénégal, l’accompagnement s’entend au-delà̀ du renforcement des capacités.

En formant un partenariat entre l’État (DER), des organisations multilatérales (ITFC et OIF) et le secteur privé (Coris bank), l’objectif est d’augmenter, grâce à l’association des instruments propres à chacun, l’enveloppe de financement disponible pour les PME.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here