Les transactions immobilières reviennent à leurs niveaux d’avant crise (Maroc)

0
181
L’IPAI ressort en hausse de 3,6%, au troisième trimestre de 2020, selon BAM et l’ANCFCC.

L’ indice des prix des actifs immobiliers (IPAI) s’est inscrit en hausse au troisième trimestre 2020, selon les chiffres publiés conjointement par Bank Al-Maghrib et l’Agence nationale de la conservation foncière, du cadastre et de la cartographie (ANCFCC).

« Après deux trimestres marqués par une baisse des transactions immobilières dans un contexte de crise sanitaire, l’indice des prix des actifs immobiliers ressort, au troisième trimestre de 2020, en hausse de 3,6%, en glissement trimestriel », ont annoncé récemment BAM et l’ANCFCC.

Pour les deux institutions publiques, « cette progression reflète des augmentations de 3,6% tant des prix du résidentiel que de ceux des terrains et de 5,1% des biens à usage professionnel ». 

Soulignons que cette hausse intervient après une baisse de l’IPAI de 3% constatée au deuxième trimestre 2020. Ce recul recouvrait des diminutions de 3,8% pour les prix du résidentiel, de 3% pour ceux du foncier et de 0,9% pour ceux des biens à usage professionnel.

Rappelons également qu’au même trimestre, le volume des transactions avait enregistré une régression de 42,8%, traduisant le recul des ventes de l’ensemble des catégories, soit 38,2% pour le résidentiel, 53,7% pour les terrains et 54,2% pour les biens à usage professionnel.

Dans une note conjointe sur la Tendance globale du marché immobilier au cours du troisième trimestre 2020, la Banque centrale et l’Agence de la conservation foncière ont relevé qu’en parallèle, « le nombre de transactions observées au cours de cette période est revenu à des niveaux comparables à ceux d’avant crise ».

La même source a noté que « les ventes ont enregistré une hausse au troisième trimestre de 117,6% après des baisses trimestrielles de 41,4% au deuxième trimestre et de 29% au premier trimestre », précisant que cette progression a concerné toutes les catégories.

Il est à noter qu’en glissement annuel, l’indice des prix des actifs immobiliers a baissé de 0,8%, avec des replis de 1,2% pour les actifs résidentiels et de 0,4% pour les terrains, les prix des biens à usage professionnel ayant, en revanche, progressé de 3%.

Selon toujours les mêmes données élaborées par les deux institutions, le nombre de transactions a reculé de 9,5% en raison de la baisse de 15,3% des ventes des actifs résidentiels. Alors que « les ventes des terrains ont quasiment stagné et celles des biens à usage professionnel ont progressé de 22,8% », révèlent-elles.

A titre de comparaison, au trimestre précédent, les prix avaient connu une baisse de 3,3%, en glissement annuel, avec des replis de 4% pour les actifs résidentiels, de 2,7% pour les terrains et de 1,3% pour les biens à usage professionnel.

Quant au nombre de transactions, il avait accusé une diminution de 56,1% par rapport au même trimestre de l’année dernière, suite aux reculs de 55,3% pour le résidentiel, de 59,1% pour les terrains et de 57,2% pour les biens à usage professionnel.

En détail, par catégorie d’actifs, la tendance globale est qu’en glissement trimestriel, les prix du résidentiel ont progressé de 3,6% au troisième trimestre 2020, reflétant des hausses de toutes les catégories d’actifs avec des taux de 3,4% pour les appartements, de 4,8% pour les maisons et de 5,4% pour les villas.

La note précise que « l’accroissement des ventes des biens résidentiels intervient après deux reculs consécutifs tant pour les appartements que pour les maisons et les villas ». En revanche, en glissement annuel, il ressort que « les prix se sont dépréciés de 1,2%, en liaison avec les replis de 1,1% des prix des appartements, de 2,7% pour les maisons. Les prix des villas ayant, en revanche, progressé de 0,8% ».

Selon les données publiées par BAM et l’ANCFCC, les ventes ont, pour leur part, baissé de 15,3%, avec des reculs de 14,8% pour les appartements, de 26,1% pour les maisons et de 10,1% pour les villas.

Au niveau du foncier, d’un trimestre à l’autre, il ressort que les prix des terrains se sont inscrits en hausse de 3,6%, tandis que les transactions ont progressé de 188,8% pour revenir à leur niveau de 2019. Mais en glissement annuel, c’est tout autre chose : les prix du foncier ont accusé un recul de 0,4% alors que les ventes ont quasiment stagné.

Soulignons que l’indice des prix des biens à usage professionnel a de son côté connu une hausse de 5,1% d’un trimestre à l’autre, reflétant les progressions de 5,5% pour les locaux commerciaux et de 3,2% pour les bureaux. Tout comme les transactions dont le volume a, pour sa part, augmenté de 181,9%, après les reculs enregistrés durant les deux derniers trimestres.

Si l’on en croit la note de BAM et l’ANCFCC, « en glissement annuel, les prix des biens à usage professionnel se sont accrus de 3%, résultat des hausses de 3% pour les locaux commerciaux et de 3,8% pour les bureaux ». Tandis que les transactions ont progressé de 22,8%, avec des accroissements de 22,4% des ventes des locaux commerciaux et de 25% de celles des bureaux.

Alain Bouithy

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here