Les prévisions concernant la production et les stocks mondiaux de céréales revues à la baisse

L’offre de céréales reste satisfaisante

0
131

L’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a revu à la baisse ses prévisions concernant la production et les stocks mondiaux de céréales en 2021.

« La production mondiale de céréales en 2021 devrait atteindre 2.788 millions de tonnes, un niveau en hausse de 0,7% par rapport à l’année dernière »,  a indiqué l’agence onusienne faisant toutefois remarquer qu’elle est inférieure aux prévisions de juillet.

Ainsi, selon le Bulletin de la FAO sur l’offre et la demande de céréales, les prévisions concernant la production de céréales en 2021 ont été abaissées de 29,3 millions de tonnes en août dernier, à cause principalement de la persistance des conditions de sécheresse dans plusieurs pays producteurs (Etats-Unis d’Amérique, Canada et Kazakhstan) et des conditions météorologiques défavorables observées en Fédération de Russie.

De ce fait, « il est à présent prévu que la production mondiale de blé se contracte de 0,7% et s’établisse à 769,5 millions de tonnes cette année », soit un niveau inférieur de 0,7% (5,7 millions de tonnes) à celui de l’année dernière, a annoncé l’organisation internationale.

Si l’on en croit la FAO, « ces baisses font plus que compenser la révision à la hausse apportée aux prévisions concernant la production au Brésil, en Ukraine et dans l’Union européenne », du fait de la persistance de conditions météorologiques favorables.

En ce qui concerne la production mondiale de céréales secondaires, l’agence des Nations unies table désormais sur une croissance de 1,3% en 2021, correspondant à 19,5 millions de tonnes.  Malgré la contraction prévue de la production au Brésil, elle devrait ainsi atteindre 1.499 millions de tonnes.

Il est à noter que « près de la moitié de la révision à la baisse concerne la production de maïs attendue au Brésil et aux Etats-Unis d’Amérique, où un déficit prolongé de précipitations a tiré vers le bas les perspectives de rendement », a précisé la FAO prévoyant à présent que la production recule au Brésil en glissement annuel, mais continue d’augmenter aux Etats-Unis d’Amérique sur une base annuelle.

Il est important de noter que les prévisions concernant la production de maïs en Argentine, en Ukraine et dans l’Union européenne ont été relevées, mais dans une mesure qui ne compense pas les baisses susmentionnées, a souligné la FAO dans son bulletin sur l’offre et la demande de céréales.

Selon la même source, « les prévisions concernant la production mondiale d’orge en 2021 ont été réduites de 6 millions de tonnes, en raison de perspectives de rendement plus faibles que prévu aux États-Unis d’Amérique et au Canada ».

Quant à celles concernant la production mondiale de riz en 2021, il ressort de son analyse qu’elles ont été abaissées de 400.000 tonnes depuis juillet. Ainsi, grâce aux rendements records enregistrés au Vietnam, la production devrait croître de 0,9% équivalant à 4,8 millions de tonnes en glissement annuel et atteindre le record historique de 519 millions de tonnes.

Dans son rapport, l’agence onusienne fait tout de même savoir que « cette révision repose essentiellement sur des informations selon lesquelles la diminution de la superficie plantée devrait être plus prononcée que prévu au Japon et aux États-Unis d’Amérique ». Et ce, sous l’effet d’un recul des marges des producteurs, ainsi qu’en République islamique d’Iran, qui connaît des pénuries d’eau d’irrigation.

Quant aux prévisions de juillet concernant les stocks mondiaux de céréales à la clôture des campagnes de 2022, elles ont été réduites de 809 millions de tonnes. Ce qui représente un recul de 0,9% équivalant à 7 millions de tonnes par rapport aux niveaux d’ouverture.

En ce qui concerne les stocks mondiaux de riz, la FAO a annoncé qu’ils sont sur le point d’atteindre leur deuxième plus haut niveau jamais enregistré, mais que le temps sec devrait entraîner un recul des stocks de blé.

A propos des stocks de blé, il ressort du rapport qu’en raison de la révision à la baisse de 12,8 millions de tonnes apportée en août dernier, ils « devraient céder 2% (5,8 millions de tonnes) par rapport à leurs niveaux d’ouverture et s’établir à 284 millions de tonnes.

Selon le Bulletin de la FAO sur l’offre et la demande de céréales, « cette révision à la baisse et ce recul en glissement annuel concernent surtout les principaux pays exportateurs et est imputable à la réduction des perspectives de production au Canada, aux Etats-Unis d’Amérique, en Fédération de Russie et au Kazakhstan ».

Alain Bouithy

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here