Les cours mondiaux des huiles végétales atteignent un niveau inédit

La flambée des prix des produits alimentaires s’est poursuivie en octobre dernier

0
185
En hausse de 9,6% en octobre, l’Indice FAO des prix des huiles végétales a atteint son plus haut niveau jamais enregistré.

Les cours des produits alimentaires continuent de grimper à l’échelle mondiale. Selon les données recueillies par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), ils ont atteint le niveau le plus haut de ces dix dernières années.

Après trois mois consécutifs de hausse, l’indice des prix des produits alimentaires se situait en octobre à son plus haut niveau depuis juillet 2011, a annoncé l’agence onusienne dans un nouveau rapport précisant qu’il s’est établi en moyenne à 133,2 points en octobre, soit 3% (ou 3,9 points) de plus qu’en septembre.

Cette hausse est « principalement due à la solidité constante des prix mondiaux des huiles végétales et des céréales », a expliqué l’organisation internationale de même source.

Notons à ce propos qu’avec une hausse de 9,6% en octobre, l’Indice FAO des prix des huiles végétales a atteint son plus haut niveau jamais enregistré, suite à l’affermissement des cours des huiles de palme, de soja, de tournesol et de colza. Il s’est en effet établi en moyenne à 184,8 points en octobre, gagnant ainsi 16,3 points par rapport au mois dernier.

En progression pour le quatrième mois consécutif, la hausse des prix de l’huile de palme « est largement due à des craintes qui persistent quant à la production limitée en Malaisie, où l’on manque actuellement de travailleurs migrants », selon l’agence des Nations unies.

A noter que les cours de l’huile de colza sont restés solides en raison principalement du resserrement prolongé de l’offre et de la demande mondiales.

De son côté, « l’Indice FAO des prix des céréales a affiché une valeur moyenne de 137,1 points en octobre, soit 4,3 points (3,2%) de plus qu’en septembre et 25,1 points (22,4%) de plus que son niveau enregistré il y a un an », a indiqué l’organisation précisant que les cours internationaux de toutes les principales céréales ont progressé par rapport au mois précédent.

La progression de cet indice provient de l’augmentation des prix mondiaux du blé de 5% qui ont continué de grimper pour le quatrième mois consécutif pour atteindre un niveau supérieur de 38,3% à celui qu’ils affichaient il y a un an, soit leur plus haut niveau depuis novembre 2012.

Cette évolution survient «dans un contexte de resserrement des disponibilités mondiales dû à une baisse des récoltes dans les principaux pays exportateurs, notamment le Canada, les États-Unis d’Amérique et la Fédération de Russie», comme le précise la FAO.

Dans son rapport, l’organisation internationale s’est également intéressée à l’évolution en octobre dernier des cours mondiaux des produits laitiers, de la viande et du sucre.

Il ressort ainsi que l’Indice FAO des prix des produits laitiers a affiché une valeur moyenne de 120,7 points en octobre, correspondant à une hausse de 2,6 points (2,2%) par rapport au mois de septembre et un niveau supérieur de 16,2 points (15,5%) à celui enregistré au même mois un an auparavant.

A en croire l’agence, cette évolution a été soutenue par « une demande à l’importation mondiale dans l’ensemble plus forte pour le beurre, le lait écrémé en poudre et le lait entier en poudre, en raison des efforts consentis par les acheteurs pour trouver des disponibilités, afin de constituer des stocks ».

L’offre des principaux pays producteurs étant suffisante pour satisfaire la demande mondiale à l’importation, ledit rapport indique que les prix du fromage sont en revanche restés globalement stables au cours du mois dernier.

En cédant 0,7% par rapport à sa valeur révisée de septembre, l’Indice FAO des prix de la viande a affiché son troisième recul mensuel consécutif. En effet, il s’est établi en moyenne à 112,1 points en octobre, soit 0,8 point (0,7%) de moins que sa valeur révisée de septembre.

Selon la FAO, et en raison respectivement de la diminution des achats en Chine et d’un fort recul des cours des disponibilités en provenance du Brésil, les cours internationaux de la viande de porcins et de la viande de bovins ont baissé  en octobre dernier.

L’organisation note, en revanche, que « les cours de la viande de volaille et de la viande d’ovins ont augmenté, sous l’impulsion d’une forte demande mondiale et du faible accroissement de la production ».

Quant à l’Indice FAO des prix du sucre, il a affiché une valeur moyenne de 119,1 points en octobre, perdant ainsi 1,8% (2,1 points) depuis septembre.

Après six hausses mensuelles consécutives, l’indice accuse une baisse qui « s’explique principalement par une demande à l’importation mondiale limitée et par des perspectives de disponibilités exportables abondantes en Inde et en Thaïlande, ainsi que par la dépréciation du real brésilien par rapport au dollar américain», selon la FAO.

Alain Bouithy

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here