LE MINISTÈRE DU DÉSORDRE (dit ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation)

0
832
Evrard Nangho.

TRIBUNE Nous avons tous assisté aux atermoiements du Gouvernement Congolais au début de la crise du Coronavirus. Un communiqué laconique des autorités Congolaises demandant aux passagers d’un vol d’Ethiopian Airlines de se signaler pour être mis en quarantaine.

Décidément le COVID19 est venu mettre à nu tout le système mafieux de Denis Sassou Nguesso. Le ministère de l’intérieur et de la décentralisation dont le rôle central est d’organiser le territoire, de maintenir la cohésion des institutions du pays, de garantir aux citoyens l’exercice des droits, des devoirs et libertés affirmés par la constitution du 25 octobre 2015 se révèle un ministère de désordre.

Chaque passager débarquant aux frontières est sensé de remplir une fiche de débarquement et en fonction de celle-ci c’est plus facile de remonter sa trace. Là encore les failles ont été constatées dans la gestion des données.

Comment expliquer en plein confinement et pendant le couvre feu, les magasins sont éventrés alors que les forces du désordre pardon ! de l’ordre sont sensés assurer la sécurité des personnes et des biens ?La force publique congolaise est à l’image de nos dirigeants. Les policiers Congolais manquent de déontologie et nombreux ne connaissent pas les droits fondamentaux de la population conformément à la constitution du 25 octobre 2015. Les articles 8, 9, 11, 15, 18, 22, 25, 167, 168 doivent êtres connus de tous les agents de la force publique. Les bavures policières de Chacona et ailleurs dans le pays témoignent le désordre qui règne dans cette institution.

Le Gouvernement a instauré une attestation dérogatoire pour permettre à la population de sortir pendant le confinement délivré par la force publique. Les commissariats manquent de tout :pas d’ordinateurs, pas d’imprimantes, de scanners, de serveurs, de téléphones de service, etc…

Peu de policiers sont formés dans l’utilisation des NTIC. Les commissariats sont insalubres y compris les cellules des détenus. Les textes réglementaires qui précisent le cadre de déontologie professionnelle des forces sécurité intérieure que:La mission de la police et de la gendarmerie est de défendre les institutions et les intérêts nationaux, le respect des lois, le maintien de la paix et de l’ordre public, la protection des personnes et des biens n’y figurent pas.Le policier doit être loyal envers les institutions républicaines, intègre, impartial, d’obéir à la hiérarchie et d’intervenir pour porter aide et assistance, même en dehors de son temps de service. Il a obligation de réserve ainsi que le respect du secret professionnel.

NB: un fait marquant, nulle part la loi sur l’Etat d’urgence sanitaire ne prévoit des sanctions sur le non respect du confinement et du couvre feu, c’est pour cela que nous assistons à toutes ces dérives de la part de la force publique.

Après la pandémie du COVID19, un bon lifting est nécessaire au sein du ministère de l’Intérieur et dans la force publique.

Evrard NANGHO

Président national du Modec

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here