Le crépuscule d’un émérite (in memoriam BOBBY FEW : 1935 – 2021)

0
405
BOBBY FEW

DISPARITION. Si c’est pour subir le même sort qu’en 2020, autant ANNULER 2021. Ce nouvel an ne semble être que la continuité de l’an dernier, car il n’augure RIEN de bon.  En l’espace de trois jours, j’ai perdu deux de mes proches.

Un MONUMENT vient de s’écrouler. Mon maître BOBBY FEW s’en est allé à l’âge de 85 ans.  Natif de CLEVELAND, dans l’Ohio, BOBBY a marqué la scène jazz internationale en se produisant aux quatre coins du monde. Il a été le pianiste avec lequel j’ai le plus longtemps collaboré, REVE que mon sommeil n’aurait jamais fécondé.

Lycéen, j’ai collectionné les magazines dans lesquels il apparaissait avant de devenir son partenaire. Il a inspiré le piano à ma fille, coaché mon fils et moi-même. C’est sur scène que nous avions reçu sa formation. Chaque concert avec BOBBY était un cours de musique. Nous avons livré ensemble des récitals de jazz mémorables. Il était à la fois un PERE, un partenaire et un mentor. J’ai beaucoup appris auprès de lui.  Le seul OCTOGENAIRE que j’osais appeler par son PRENOM et TUTOYER parce qu’il tenait à ce que notre relation soit détendue et franche, alors qu’il représentait à mes yeux un MONUMENT. L’âge n’a pas diminué sa virtuosité encore moins son humour. Comme tout Homme, je le savais mortel, mais apprendre sa disparition en cette période CATASTROPHIQUE double mon chagrin.

BOBBY FEW, excellent pianiste au jeu subtil, s’est attiré en studio comme en concert, de GROSSES pointures parmi lesquels le légendaire saxophoniste ALBERT AYLER, pionnier du FREE JAZZ, natif de la même ville que lui, BOOKER ERVIN, ARCHIE SHEPP et tant d’autres. Il a été un PUR produit de l’église baptiste AFRO-AMERICAINE dont il a incarné l’EXCELLENCE artistique.

Mon plus grand regret est de ne pas pouvoir l’accompagner à sa dernière demeure à cause de la distance et toutes les restrictions liées à cette bête INVISIBLE.

BOBBY a BIEN vécu en exerçant PLEINEMENT le seul métier qu’il aimait. Il était TRES aimé de TOUS, de son épouse en particulier qui ne ratait AUCUN de ses concerts.

CHEERS MAESTRO, REST IN POWER.

Par Nysymb Lascony

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here