Le Burkina Faso n’envisage pas de négocier avec les terroristes de l’EIGS et du GSIM, affirme le ministre de la Réconciliation nationale

0
254

Le Burkina Faso n’envisage pas de négocier avec les terroristes de l’Etat islamique au Grand Sahara (EIGS) et le Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans (GSIM), a déclaré mardi le ministre en charge de la Réconciliation nationale, Zéphirin Diabré, lors d’un point de presse.

Des Burkinabè se sont laissé embrigader, influencer et tromper et ont pris des armes contre leur pays, a déploré M. Diabré.

“S’il y a parmi ces jeunes qui se sont égarés et que certains veulent venir à la maison, nous sommes prêts à discuter de leurs conditions de retour. Si les personnes décident de laisser tomber les armes pour se repentir, il n’y a pas de problème”, a-t-il dit.

Pour lui, il s’agit d’une “concertation du Burkina Faso avec ses enfants pour qu’ils reviennent à la maison”.

“Par contre, a-t-il insisté, ce qui n’est pas envisagé, c’est de s’asseoir avec les patrons des grands groupes terroristes (EIGS et GSIM) autour de la même table pour négocier”, a-t-il souligné.

Depuis 2015, le Burkina Faso est la cible d’attaques terroristes qui ont fait de nombreuses victimes et des milliers de déplacés.

Le GSIM, né de la fusion d’Ansar Dine, des forces d’AQMI dans le Sahel, de la katiba Macina et de la katiba Al-Mourabitoune, est très actif dans le Sahel, notamment au Mali et au Burkina Faso.

Il en est de même pour l’EIGS qui a déjà revendiqué plusieurs attaques terroristes sur le sol burkinabè.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here