« La Vie et demie », un ovni littéraire qui dit la « mocherie » du monde

A la (re)découverte des classiques africains (7). Grinçant, grotesque, ubuesque… Les adjectifs n’ont pas manqué pour qualifier le premier roman du Congolais Sony Labou Tansi, publié en 1979.

0
276
L’écrivain congolais Sony Labou Tansi (1947-1995). DR

Bienvenue en « Katamalanasie », dictature africaine sous la férule d’un « Guide Providentiel » sanguinaire, bien décidé à en finir avec Martial, son éternel opposant. Mais ce dernier refuse de passer de vie à trépas. « Je ne veux pas mourir cette mort », soutient-il face au despote fou de rage.

« La colère du Guide Providentiel monta, qui gonfla sa gorge et dilata son menton en manche de houe, son long cou s’allongea davantage, il exécuta un pénible va-et-vient, mangea son dessert, une salade de fruits, puis revint vers l’homme.
– Alors, quelle mort veux-tu mourir, Martial ? »

Finalement terrassé après mille sévices, l’opposant est vengé par sa fille, Chaïdana, qui séduit et tue à son tour, un à un, les dignitaires du pays. Le Guide, cependant, demeure omnipotent.

Ainsi va le monde dans La Vie et demie, de l’écrivain Sony Labou Tansi ; un monde d’anomie dont les peuples subissent la violence, en dépit d’oppositions politiques tenaces. Grinçant, détonnant, grotesque, ubuesque… Les adjectifs n’ont pas manqué pour qualifier ce premier roman et véritable ovni littéraire lors de sa parution, en 1979 (éd. du Seuil)…

Lire la suite sur Le Monde Afrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here