La semaine africaine du pétrole jouit d’un nombre record de visiteurs

Le jour inaugural de cette exposition a témoigné de la tenue de plusieurs conversations et l’offerte d’opportunités multiples de réseautage

0
156

Grâce à la participation de 1500 parties du monde entier, la semaine africaine du pétrole, en son édition de l’an 2021, a réussi à achever des résultats prometteurs dès l’inauguration de son exposition, hier (dimanche 7 novembre, Dnr), à Madinat Jumeirah, et sera organisée tout au long de quatre jours.

Il convient de noter, dans ce cadre-ci, que l’édition de cette année, tenue pour la première fois aux Émirats Arabes Unis, englobe la participation de 30 chefs de gouvernements africains et du Moyen-Orient, ainsi que des missions et délégations compétentes représentants les plus grandes sociétés pétrolières et gazières à l’échelle mondiale.

En effet, le jour inaugural de cette exposition a témoigné de la tenue de plusieurs conversations et l’offerte d’opportunités multiples de réseautage, notamment comme l’organisation d’un symposium exclusif ministériels et de personnes importantes a réunie les parties prenantes principales relevant de la chaîne de valeur énergétique, contribuant ainsi à la tenue de séances de discussion au sujet du développement énergétique durable au niveau du continent africain et ce, tout en réunissant la participation de représentants d’organisations compétentes en ce domaine, telles que, entre autres, l’Union Africaine, AMEA Power, ENGIE Energy Access, l’Initiative pour la Transparence des Industries Extractives, Wood Mackenzie, Africa Finance Corporation, et Absa Group. D’autant plus, 26 ministres ont assisté au symposium susmentionné, y compris Son Excellence, Aïssatou Sophie GLADIMA, Ministre du Pétrole et de l’Énergie de la République du Sénégal, ainsi que Son Excellence, Thomas CAMARA, Ministre des Mines, du Pétrole et de l’Énergie en Côte d’Ivoire.

En outre, lors de la cérémonie inaugurale de la semaine africaine du pétrole, Nicolas TERRAZ, Président de la Division de l’Exploration et de la Production de la société TotalEnergies, a prononcé son premier discours depuis sa nomination au nouveau poste qu’il occupe actuellement, tout comme il s’est entretenu avec Simon FLOWERS, Président et Analyste en Chef de la société Wood Mackenzie, et Son Excellence, Fafa SANYANG,  Ministre de l’Énergie et du Pétrole a initié un mini-cycle d’octroi des permis relevant du Bloc A1 à la République de Gambie.

Renforcement des liens commerciaux entre les Émirats Arabes Unis et le continent Africain

Grâce aux investissements des Émirats Arabes Unis en Afrique où la valeur de ces contributions s’est élevée à 5,64 milliards de dollars américains au cour des années précédentes, la semaine africaine du pétrole offrira une plateforme entendant encourager et favoriser l’établissement futur de collaborations et partenariats qui sont bien susceptibles d’aboutir à la conclusion d’accords à valeur ajoutée au niveau du secteur de l’énergie. Ainsi, au cours de son discours inaugural, Son Excellence, Suhail AL MAZROUEI, Ministre de l’Énergie et des Infrastructures aux Émirats Arabes Unis, a bien souligné les liens unissant les Émirats Arabes Unis et les pays africains depuis bien longtemps, tout comme il a mis la position du pays en tant que centre financier mondial émergent en lumière.

Dans ce contexte, il déclara : « Il convient de noter que l’Afrique forme l’une des économies mondiales qui témoignent aujourd’hui d’une croissance rapide, tout comme la transformation économique à l’échelle du secteur de l’énergie africain contribue actuellement à rendre l’environnement comme idéal et favori à l’accueil d’investissements fournis par le monde entier, notamment par les Émirats Arabes Unis et la région du Moyen-Orient. Ceci dit, et comme s’étant établie en tant que référence mondiale au niveau du développement industriel et ce, grâce à l’exploitation efficace des ressources énergétiques, ainsi qu’un pionnier régional à cet égard, il est nécessaire de vous rappeler de l’intérêt que nous portons envers le marché africain. En effet, nous avons constaté que cet intérêt est réciproque, comme l’Ouganda a profité de l’Exposition Universelle à Dubaï et a récemment conclu de nouveaux accords commerciaux relevant de plusieurs secteurs, tels que le secteur de l’énergie renouvelable. Ainsi, nous sommes sûrs et certains que la semaine africaine du pétrole offrira une plateforme qui entend faciliter l’exécution des opérations d’investissement présentés ainsi que l’établissement de partenariats entre les investisseurs internationaux et les secteurs public et privé en Afrique. En notre qualité de partenaire bien proche de l’Afrique, nous espérons ainsi faciliter le flux de capitaux qui contribueront au développement social et économique en Afrique et au Moyen-Orient. »

Un agenda bien chargé

Tout au long des prochains jours, la semaine africaine du pétrole propose un agenda bien chargé qui offre tout un éventail de séances de discussions relevant de sujets importants, tels que, entre autres, la transition énergétique, les politiques et règlements sur le marché pertinent, l’économie verte, les pratiques liées à l’environnement, la société et la gouvernance d’entreprises, l’exploration et l’exploitation terrestre, le rôle assumé par la numérisation et la technologie au niveau du secteur de l’énergie en Afrique, les opportunités et les enjeux à relever dans un monde ayant récemment succombé à la propagation d’une pandémie, ainsi que l’établissement d’un avenir énergétique propre et compétitif en faveur du continent africain.

Quant à Bady BALDÉ, Directeur de l’Initiative pour la Transparence des Industries Extractives pour l’Afrique, il annonça ce qui suit : « La modération de la séance de discussion réunissant les Ministre de l’Énergie et des Infrastructures aux Émirats Arabes Unis et les fonctionnaires gouvernementaux africains m’est été un véritable privilège, notamment comme l’échange de connaissances ainsi que les résultats intéressants auxquels cette discussion a abouti étaient bien judicieux et engageants. Ainsi, je suis bien convaincu qu’un tel dialogue est essentiel pour assurer le progrès et développement du secteur, tout comme que les séances de discussion qui furent tenues aujourd’hui entendent susciter l’établissement de collaborations entre l’Afrique, les Émirats Arabes Unis et d’autres pays du Moyen-Orient. »

Paul Sinclair, vice-président de la Division de l’Energie et Directeur des Relations Gouvernementales au sein du corps organisateur de la semaine africaine du pétrole, a annoncé : « La participation énorme à laquelle nous avons témoigné au cours du premier jour de l’évènement est bien encourageante. En effet, les statistiques y relevant montrent davantage l’avenir prometteur de la croissance du secteur de l’énergie en Afrique et aux Émirats Arabes Unis. D’autant plus, il convient de noter que la situation géographique stratégique de Dubaï ainsi que le rôle qu’elle assume en tante que facilitateur d’organisation d’évènements et de conférences internationaux forment les facteurs principaux que nous avons tenus en compte dans le cadre du choix du lieu de la tenue de la semaine africaine du pétrole, en son édition de l’an 2021. En outre, nous sommes aussi comblés par le soutien accordé par nos partenaires, comme celui-ci fut essentiel dans le cadre de la garantie de l’accord d’une visibilité plus grande à l’évènement, contribuant ainsi à la réalisation du progrès de ce secteur davantage. »

Il est nécessaire de noter également qu’en plus de la discussion de l’influence de la numérisation au niveau du secteur pétrolier et gazier, cet évènement offrira une plateforme idéale à tout expert qui entend élaborer un plan économique pour le développement du secteur de l’énergie en Afrique, tout comme il aidera les gouvernements et les organisations principales à développer leurs méthodes et approches en ce qui concerne la réalisation d’un avenir énergétique propre au niveau du continent africain, s’engageant ainsi dans le cadre d’une opération de transition énergétique verte.

En effet, l’Afrique abrite aujourd’hui quelques 1,2 milliards de personnes, auxquelles s’ajouteront environ 600 millions d’individus de moins de 25 ans et ce, d’ici 2050. C’est ainsi que le continue dépend grandement du secteur de l’énergie afin de renforcer le développement des richesses, l’établissement de l’entreprenariat, l’expansion du secteur privé, et l’industrialisation. D’autant plus, en assurant la conformité aux objectifs de développement durable établis par l’Organisation des Nations Unis ainsi qu’à l’Agenda 2063 adoptée par l’Union Africaine, le corps organisateur de la semaine africaine du pétrole a annoncé, lors du premier jour de l’évènement, la tenue du Sommet pour l’Afrique Verte 2022, étant un évènement qui se déroulera simultanément à la tenue d’évènements d’une importance équivalente, tels que la semaine africaine du pétrole et la conférence sur l’investissement au secteur minier.

En effet, le Sommet pour l’Afrique Verte entend se concentrer sur les investissements au niveau des énergies à faible émission de carbone en Afrique et ce, en réunissant les parties prenantes principales afin de faciliter la tenue d’un dialogue, l’introduction de l’innovation, et la direction des capitaux en faveur du développement social et économique en Afrique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here