Kinshasa : l’AETA lance la campagne anticorruption dans les institutions

0
205

“La corruption qui gangrène tous les secteurs de la vie nationale est, en même temps, le plus grand fléau qui endeuille l’économie de la RDC”, a déclaré mercredi 26 mai à Kinshasa, le secrétaire général d’Agir pour des élections transparentes et apaisées (AETA), à l’occasion du lancement officiel de la campagne anticorruption dans les institutions.

Pour le secrétaire général, Gérard Bisambu, la première étape de cette campagne, axée sur la corruption institutionnelle en RDC, est la formation des moniteurs communautaires anticorruption.

Par cette action, l’AETA voudrait renforcer l’éveil citoyen et communautaire contre la corruption, à travers un combat collectif qui implique tous les congolais :

 « Le chef de l’Etat a placé au centre de son agenda politique et de son action, l’amélioration de la gouvernance du pays, la lutte contre la corruption s’avère le cheval de bataille pour atteindre cet objectif. Il est important de noter qu’on s’occupe plus de la corruption macroéconomique, alors qu’il y a aussi la corruption au niveau des instituions provinciales, et au niveau des entités territoriales au sein desquelles on doit mobiliser les recettes pour renforcer le budget national. Donc il s’avère important que nous puissions travailler à ce niveau-là. »

Ce projet s’organise dans le cadre de la coalition des organisations de la société civile pour la lutte contre la corruption, appuyée par le partenaire 11.11.11 Belgique et dans lequel sont impliqués les organisations AETA, RECIC, l’ODEP et l’OCIDEC pour mener des actions de lutte contre la corruption.

« Ce que nous voulons est de collectiver l’action de lutte contre la corruption, la rendre véritablement citoyenne, de telle sorte qu’au niveau des institution, qu’il y ait des actions qui soient menées pour améliorer la gouvernance, qu’il y ait des affects assez percutants sur la vie sociale de la population », a indiqué Gérard Bisambu.

Cette formation est animée par deux acteurs majeurs engagés dans la lutte contre la corruption, notamment le président de l’ACAJ, Me Georges Kapiamba et le président de l’APNAC, Jean-Pierre Pasi Za Pamba 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here