Guinée : quand Mamady Doumbouya reprochait aux Français de se prendre « pour le colon qui sait tout »

Dans un colloque à Paris, en 2017, le futur auteur du putsch contre Alpha Condé s’agaçait des « attitudes hautaines » des instructeurs et coopérants militaires.

0
235
Mamady Doumbouya (au centre) arrive au palais du Peuple, le 14 septembre à Conakry, pour y rencontrer les leaders religieux guinéens. JOHN WESSELS / AFP

C’était dans une précédente vie de Mamady Doumbouya, avant qu’il soit nommé chef des forces spéciales guinéennes puis devienne, début septembre, le tombeur du président Alpha Condé.

En 2017, cet ancien légionnaire est stagiaire de l’Ecole de guerre, à Paris, et invité à témoigner par l’état-major spécialisé pour l’outre-mer et l’étranger (Emsome) sur le thème de « la prise en compte de l’interculturalité dans les actions militaires ».

Le jeune commandant s’adresse, sans filtre, aux universitaires et généraux pour dire ce qu’il pense des instructeurs et coopérants militaires en mission en Afrique. « Les officiers [français] ont un défaut : ils sous-estiment les capacités humaines et intellectuelles des Africains […] Ils ont des attitudes hautaines et se prennent pour le colon qui sait tout, qui maîtrise tout […] On n’est pas aussi à la ramasse qu’ils le pensent », témoigne l’ancien caporal de la Légion étrangère, qui précise avoir au préalable « consulté ses camarades africains de la promotion 25 ».

Au fil de ses onze minutes d’intervention, on entend l’agacement et la frustration tant vis-à-vis des militaires français que des supérieurs au sein des armées de la région…

Lire la suite sue LemondeAfrique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here