Fatou Bensouda: « en temps de guerre et de conflit, la loi ne doit pas rester silencieuse »

Le Procureur de la Cour pénale internationale en visite au Nigéria

0
1769
Le Procureur de la Cour pénale internationale, Fatou Bensouda, en visite au Nigéria.

Le Procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, a effectué vendredi 26 mai dernier une visite à Abuja, en République fédérale du Nigéria, a annoncé le Bureau du procureur.

Au cours de son séjour de deux jours, Fatou Bensouda a rencontré plusieurs dignitaires, dont le vice-président du Nigéria, Yemi Osinbajo, le Ministre des affaires étrangères, Geoffrey Onyeama, le ministre de la Défense, le général de brigade Mansur Dan Ali, des militaires de haut rang et le Solicitor General, Taiwo Abidogun, a indiqué le Bureau du procureur dans un communiqué. Et de préciser que plusieurs sujets ont été abordés, notamment la coopération du pays et l’état d’avancement de l’examen préliminaire de la situation au Nigéria, mené par le Bureau du Procureur.

Dans ce document, il est aussi indiqué que le vice-président, Osinbajo, et le ministre des Affaires étrangères, Onyeama, ont réaffirmé leur ferme engagement auprès de la Cour et dans la lutte contre l’impunité des auteurs de crimes visés au Statut de Rome soulignant que le vice-président s’est réjoui de la visite du Procureur et a souligné la nécessité de sensibiliser le pays au mandat et aux activités de la Cour.

Remerciant le Vice-Président Osinbajo du solide soutien diplomatique du Nigéria et de sa coopération dans le cadre de l’examen préliminaire en cours conduit par le Bureau du Procureur, le Procureur Bensouda a rappelé l’importance de faire porter la responsabilité aux auteurs de crimes visés par le Statut de Rome.

« En temps de guerre et de conflit, la loi ne doit pas rester silencieuse. Justice doit être rendue et perçue comme telle, afin de garantir l’obligation de rendre des comptes et de prévenir de nouveaux crimes », a-t-elle déclaré.

A noter qu’au cours de sa visite, le Procureur a également eu des échanges constructifs avec des représentants d’organisations de la société civile et a rencontré des victimes de crimes commis au Nigéria qui relèveraient du Statut de Rome.

Pour rappel, le Bureau du procureur de la CPI mène des examens préliminaires, des enquêtes et des poursuites à propos du crime de génocide, de crimes contre l’humanité et de crimes de guerre, en toute indépendance et en toute impartialité.

Dans son communiqué, le Bureau du procureur a expliqué qu’il poursuit actuellement des enquêtes en Ouganda, en République démocratique du Congo, au Darfour (Soudan), en République centrafricaine (deux enquêtes distinctes), au Kenya, en Libye, en Côte d’Ivoire, au Mali et en Géorgie.

Par ailleurs, ajoute-t-on, il conduit également des examens préliminaires à propos des situations en Afghanistan, au Burundi, en Colombie, au Gabon, en Guinée, en Iraq/Royaume-Uni, au Nigéria, en Palestine et en Ukraine et de la situation relative aux navires battant pavillons comorien, grec et cambodgien.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here