Emprunt obligataire : la BDEAC collecte plus de 100 milliards FCFA

0
96
BDEAC

AFRIQUE CENTRALE. La Banque de développement des États de l’Afrique centrale (BDEAC) a réussi à mobiliser près de 107 milliards francs CFA, soit au-delà des 100 milliards recherchés.

Cet argent, selon la banque, va servir au financement des projets intégrateurs et du secteur privé sous-régional. Le président de la BDEAC, Fortunato-Ofa Mbo Nchama, était à cet effet, face à la presse, le 5 décembre 2021 à Brazzaville, pour dresser le bilan de la première opération d’emprunt obligataire organisée par la banque, du 21 au 29 décembre 2020.

Cette opération a concerné les six pays membres de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cémac). La mobilisation des souscripteurs a été remarquable, avec plus de 82,4% de participation pour les banques, 7,7% pour les compagnies d’assurances, 5,6% pour les personnes physiques, les fonds de retraite un peu plus de 1,9% de la participation totale, 1,4% pour les sociétés, et enfin, la participation des établissements de microfinance est estimée à moins de 0,9%.

En termes de niveau de participation par pays, le Cameroun a pris la tête avec 73,4% du total des souscripteurs, la Guinée équatoriale est loin derrière avec 9% et enfin viennent le Congo (8%), le Tchad (4,7%), le Gabon (3,5%) et la Centrafrique (0,12%).    

Cette mobilisation des souscripteurs, selon le président de la BDEAC,  témoigne de la confiance que la banque a pu rétablir avec ses partenaires et la dynamique du marché financier communautaire. L’opération a été un véritable test pour cette institution communautaire, qui a fait l’objet de nombreuses réformes au cours de ces trois dernières années.

Selon lui, l’emprunt obligataire est non seulement une opération financière, mais aussi une opération de développement socioéconomique de la sous-région Afrique centrale, ajoutant que cette première opération a permis de mobiliser les épargnes, de susciter l’engagement des citoyens de la sous-région pour le développement et de valoriser les capitaux disponibles.

S’agissant de la crédibilité de l’opération, Fortunato-Ofa Mbo Nchama  a dit qu’elle s’est déroulée sous la supervision du gendarme financier de la Cémac, la Commission de surveillance du marché financier d’Afrique centrale (Cosumaf) et approuvée par les actionnaires de la banque qui étaient au départ hésitants compte tenu de la période de souscription choisie et le montant de 100 milliards francs CFA à mobiliser.

La BDEAC promet une deuxième opération cette année et une troisième en 2022. Ce recours au marché financier communautaire s’inscrit dans le Plan stratégie 2017-2022 de la banque,  elle bénéficie de l’accompagnement d’un consortium de sociétés de bourse agréées par la Cosumaf, à savoir Afriland Bourse et Investissement, UPLINE securities.

Florent Sogni Zaou

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here