Dans le scandale Pandora Papers, le président DSN reste poursuivable

0
225

OPINION. Depuis la publication par tous les médias du monde entier du scandale Pandora Papers impliquant de nombreux responsables politiques mondiaux, suivie de l’émission Cash Investigation sur France 2 qui accable le Président Congolais Denis Sassou Nguesso, certaines voix se lèvent pour défendre l’indéfendable.

Il sied de rappeler à l’opinion nationale qu’internationale que le Chef de l’état Congolais demeure un citoyen comme tous les autres (article 15 de la constitution), le porte-parole du gouvernement n’est pas le porte-parole de la Présidence de la République ni du président en personne (le président de la République a son propre Porte-parole. En tant que citoyen comme les autres, ses conseils ou avocats peuvent parler à son nom propre).

C’est pas du ressort du ministre de la communication qui est le porte-parole du Gouvernement de monter au créneau pour défendre le président, c’est pas de sa compétence et ni sa prérogative.

Une fois de plus le Président Denis Sassou Nguesso vient de montrer son mépris de la constitution que lui-même a fait voter par le sang des milliers de Congolais.

Le PCT fait une très mauvaise lecture de la constitution et renvoie une mauvaise image du pays. C’est pas pour la première fois que le nom du Président Denis Sassou Nguesso est cité dans un scandale financier au niveau international (https://blogs.mediapart.fr/…/san-marin-saisi-19…). Cette fois-ci les Congolais veulent plus de transparence et le strict respect de la constitution du 25 octobre 2015.

Les biens de l’état sont sacrés (article 53),il est judicieux que la Haute cour de justice procède dans les plus brefs délais à une audition du président de la République (Article 192) par rapport à ce scandale. Notre justice se veut indépendante. “Les magistrats officient et prononcent leurs verdicts au nom du Peuple congolais.Nous plaçons la règle de droit au-dessus des préjugés, des positions partisanes et des préférences subjectives, toutes choses qui créent l’injustice, les frustrations et les crises de confiance.”(extraits du discours sur l’état de la nation 2019).

LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE RESTE POURSUIVABLE DURANT SON MANDAT PAR LA HAUTE COUR DE JUSTICE DE LA RÉPUBLIQUE CONFORMÉMENT AUX ARTICLES 96 ET 192 DE LA CONSTITUTION.

Seule la Haute cour de justice peut blanchir ou noircir le Président Denis Sassou Nguesso dans le scandale Pandora Papers. Étant donné que le nom de sa fille Julienne Johnson Sassou Nguesso est cité, cette dernière demeure poursuivable à vie par l’état Congolaise pour détournement de fonds publics et évasion fiscale.

La confusion du genre doit cesser, chacun doit jouer pleinement son rôle dans la république et le président n’est pas au dessus des lois et il demeure un citoyen qui doit montrer l’exemple.

Dans le monde plusieures voix se lèvent pour exiger la démission ou la destitution des dirigeants impliqués dans ce grand scandale financier et le Congo ne doit pas être une exception.

“Quand le devoir ne se concilie pas avec la justice, il n’y a plus de devoir.” Hypolite de Livry.

Evrard Nangho

Président national du MODEC

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here