Congo. Si positive, soit elle, est insuffisante la seule voix de l’UPADS

0
841
Ouabari Marioti

TRIBUNE. Belle et utile, l’interview du 1er Secrétaire de l’UPADS, Pascal Tsaty Mabiala, ce 15 avril 2020, à Brazzaville, sur la Chaine Vox TV.

S’ouvrant sur un regard reconnaissant, à l’endroit du personnel médical du pays, en raison de ses prestations, ces temps difficiles du coronavirus, cette interview revient sur des problématiques majeures qui marquent, la vie nationale du moment, au Congo.

Y sont, ainsi, soulevées, le drame sanitaire du Covid 19 avec les voies et moyens d’y faire face. Pascal Tsaty Mabiala proposant, à juste titre, une implication des personnalités politiques, de premier plan, et autres, dont le Président de la République, par leurs contributions financières personnelles, à l’effort de subvention du combat contre la pandémie.

Dans le cadre de la relation du Congo avec le FMI, le 1er Secrétaire de l’UPADS a relevé l’impuissance avérée de l’Etat à mettre en œuvre les mesures recommandées par l’institution internationale. Les aides du FMI, prévues, n’étant plus reversées.

A été également, abordée la question du recensement général de la population et de l’habitat, en cours, dans le pays.

Recensement que le 1er Secrétaire de l’UPADS juge inopportun, pour un motif essentiel. Le confinement, objectivement, décrété par le Président de la République, interdisant toute circulation, dans le pays, en guise de mesures barrières contre le coronavirus.

Au cas où ce recensement viendrait, en prévision du scrutin présidentiel de 2021, il ne pourrait, de l’avis du 1er Secrétaire de l’UPADS, ramener, en second ordre, la santé des populations congolaises qui passe avant toute consultation électorale.

Assurément constructive, cette interview du 1er Secrétaire de l’UPADS est, de portée insuffisante, pour faire bouger les lignes, et capter l’attention d’une large opinion nationale et internationale, tant qu’elle n’a pas le sceau de l’ensemble des forces républicaines et patriotiques du pays, aussi bien de l’intérieur que de la diaspora.

Est venu le moment pour le 1er Secrétaire de l’UPADS, de par sa qualité institutionnelle de Chef de file de l’Opposition Congolaise, de frapper, sans exclusive, à toutes les portes desdites forces. Non pour imposer la ligne de l’UPADS, mais d’en faire une base de travail. Pour, en dernier ressort, en sortir un projet accepté et partagé.

Des voix congolaises s’élèvent, par ci, par là, à l’opposé de la gestion gouvernementale actuelle de la lutte contre le Covid 19. D’autres rejettent le recensement. Les velléités de marche éperdue et hasardeuse vers les présidentielles de 2021 ne sont pas épargnées. La critique de la non application des mesures du FMI, récurrente, ne s’évanouit pas.

Peut être que l’Opposition Congolaise, avec son allié objectif, la Société Civile, pourrait trouver, de ce front de refus, le compromis nécessaire, dans l’intérêt supérieur de la nation.

Attention, danger. Le temps joue contre les forces républicaines et patriotiques congolaises. Demain recule, d’heure en heure.

Ce n’est pas le temps qui est sous le pouvoir de l’Homme. C’est l’Homme qui est sous le pouvoir du temps.

Paris le 18 avril 2020

Ouabari Mariotti – Membre de l’UPADS.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here