Congo. Quelles trajectoire et perspectives après 100 jours du gouvernement Collinet Makosso ?

0
239
Henri Blaise Nzonza

TRIBUNE. Nous voilà bientôt à cent jours, depuis que le Premier Ministre Anatole Collinet MAKOSSO nommé par décret n° 2021-300 du 12 mai 2021, mettait en place le 15 mai 2021 un gouvernement de 36 membres ayant comme mission essentielle d’exécuter les neuf axes stratégiques du projet de société défendu par le Président de la République Denis SASSOU NGUESSO, lors de la campagne présidentielle « Ensemble poursuivons la marche ».

Ce projet de société qui caractérise la vision du chef de l’Etat de travailler pour un Congo en paix, pour une nation forte, respectée, moderne avec une croissance économique, inclusive et durable qui profite à tous les congolais, témoigne d’une réelle dynamique de conduire notre pays vers l’émergence tant attendue.

Il ne s’agit pas ici pour l’essentiel d’apprécier les résultats obtenus en 100 jours. Il est plutôt question de « voir si la trajectoire empruntée est bonne, si l’équipe gouvernementale a une vision collective des objectifs à atteindre et si les promesses faites lors de la campagne intègrent l’agenda gouvernemental »…

Depuis que ce gouvernement est en place, on voit bien que, les mentalités sont en train d’évoluer positivement en matière de gestion de la chose publique. Les écarts autres fois permis sont en train de disparaitre petit à petit et la confiance se profile au rendez-vous.

Le Premier Ministre Anatole Collinet MAKOSSO à sa manière ne bouleverse pas, il a même gardé la majorité des conseillers de son prédécesseur, mais il imprime une dynamique qui confirme la volonté de changement déjà inscrite dans la composition du gouvernement. Il manifeste une volonté de changements, de rompre avec certaines pratiques, et n’est pas adepte de la verticalité dans ses prises de décision. Une attitude qui témoigne d’un changement de style à la tête de l’État.

On voit bien que le Premier Ministre est déterminé à imposer des règles de bonne gouvernance et d’éthique, notamment dans le secteur toujours sensible de la gestion financière. La création du ministère du contrôle d’état chargé de la qualité du service public et de la lutte contre les antivaleurs confié à Jean rosaire IBARA est la preuve d’une volonté affichée de lutter contre certaines pratiques qui ont plombé notre pays dans la crise.

Outre la pérennisation de la paix dans notre pays, malgré la situation difficile de nos finances publiques, le gouvernement s’est employé entre autres au titre du ministère des finances à :

– renforcer des capacités des structures par la mise en place d’un plan de perfectionnement, de recyclage et de formation des personnels au ministère des finances ;

– suspendre des comptes de prépaiement mise en place par les gouvernements précédents pour la compensation des engagements de l’Etat au moyen des droits et taxes de douanes ;

– payer régulièrement les salaires des fonctionnaires ;

– payer 2 mois des pensions de retraite ;

– payer des indemnités de fin de carrière des fonctionnaires admis à faire valoir leurs droits à la retraite.

En ce qui concerne la mobilisation des ressources extérieures, l’accent est en train d’être mis sur l’amélioration des capacités d’absorption de l’économie et le renforcement de la coopération au développement.

Ainsi, le ministre de la coopération internationale et de la promotion du partenariat public-privé Denis Christel SASSOU NGUESSO est à la baguette pour donner une nouvelle orientation à notre coopération. Il s’est inscrit dans une dynamique de revitalisation de la coopération en rencontrant à plusieurs reprises les partenaires membres du Corps diplomatique accrédités dans notre pays et les différents partenaires financiers afin de définir, orienter et concrétiser leurs différentes politiques de coopération et d’intervention dans notre pays.

Du côté du ministère de l’enseignement supérieur, le changement est palpable. La ministre Edith Delphine Emmanuelle ADOUKI, pour éviter les vols et les actes de vandalisme répétitifs à l’université Denis SASSOU NGUESSO de KINTELE ne s‘est pas privée de résilier le contrat avec la société privée qui assurait la sécurité du site. Une décision courageuse pas coutumière dans notre pays lorsqu’on connait les sommes mises en jeu dans ce genre des contrats. Il y a quelques semaines le campus TCHEULLIMA, a tout récemment été doté des nouveaux matelas pour améliorer les conditions des étudiants qui y vivent.

Dans plusieurs départements ministériels, les changements sont visibles et les orientations sont suivies avec abnégation et une volonté de mieux faire.

Il se dégage globalement un sentiment de satisfaction à l’égard du gouvernement dont le chef, ne ménage aucun effort pour instaurer un dialogue avec les partenaires sociaux, avec le monde économique comme l’atteste sa dernière rencontre avec les opérateurs économiques du KOUILOU.

Certes, nous n’en sommes encore qu’au prélude d’activités qui engagent le gouvernement sur plusieurs années, après trois mois d’exercice, on le voit, ce gouvernement a la volonté, est enthousiaste, et s’est inscrit dans une dynamique positive pour la résolution des problèmes qui minent notre pays.

Doit-on crier victoire ? Non. Nous ne sommes qu’au début d’un processus et le peuple attend encore les fruits de cette belle amorce. Ce qui est vrai c’est que nous n’avons aucune raison d’échouer.

Pour la suite, tenant compte des attentes et des inquiétudes élevées, des impatiences de plus en plus fortes, la mobilisation doit être totale dans la bataille pour l’emploi et l’amélioration effective des conditions de vie des congolais, ceci en mettant un accent particulier sur le secteur des activités agricoles et de la formation qualifiante.

En définitive, le cap des 100 jours franchi, les bases étant posées, le gouvernement Anatole Collinet MAKOSSO doit continuer à s’inscrire dans une perspective tournée vers un avenir radieux du peuple congolais, un avenir qui sera l’émanation de la poursuite de la dynamique enclenchée.

Paris le 23 aout 2021

Henri Blaise NZONZA

Président de la Nouvelle Dynamique pour le Congo

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here