Congo: Jacques KOYO Chairman s’en est allé lui aussi sur le chemin qui n’a pas retour

0
405

DISPARITION. Le musicien congolais Jacques KOYO Chairman est décédé le 21 septembre 2021 à Brazzaville des suites d’une longue maladie.

1989 – découverte d’un phénomène, le chairman Jacques KOYO. Nouvelle vedette du spectacle, pour qui la danse passe avant la chanson. D’abord impresario dans le sport, puis karatéka, il fait sa rentrée dans le domaine du spectacle par la grande porte.

“Le génie du siècle”, tel qu’il s’est fait appeler, est incontestablement le premier artiste à créer des figures rythmiques modernes, à partir d’une danse traditionnelle dite « Engondza », danse cérémoniale pratiquée dans les districts de Boundji (Cuvette) et d’Okoyo (Cuvette ouest)

La danse “Engondza” est basée essentiellement sur des mouvements de corps, entre la tête et les bras, en même temps des jeux des pieds acrobatiques. Jacques KOYO y insère quelques mouvements de karaté, sport dont il fut d’ailleurs pratiquant et président de la FEKOKA (Fédération Congolaise de Karaté).

Il est sacré Révélation de l’année 1989 grâce à son premier disque Pe-Bwanga (Place à la danse) ou encore « Djara Engondza » (martelez les pieds).

Si Jacques KOYO est impressionnant de force, de rudesse et de conviction dans sa manière de danser, en revanche ses capacités vocales sont bien modestes. C’est pourquoi, il a recours au brillant chanteur ténor BONGOL, qui par sa verbosité et son inspiration a su imposer une tradition vocale rurale, «MJ, Alembe », est le titre de la chanson célèbre et populaire qui fait entrer KOYO et son chanteur dans la cour des grands.

Enfin, la danse « Engondza » fait tache d’huile à travers l’Afrique. Elle est adoptée par les grands noms de la musique congolaise, tels Koffi Olomide, Zaiko, Bakuba, Mayaula, Télé Music, Kamikaze, etc. Puis quelques groupes africains, de la Côte d’Ivoire et d’Europe.

Le règne de Jacques KOYO ne sera pas long. Sa danse, par contre, est rentrée dans les annales des danses africaines.

Clément OSSINONDE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here