Congo. Collinet Makosso porte-parole du candidat Sassou Nguesso

Pierre Moussa est le directeur de campagne

0
505
Le Ministre Collinet Makosso

TRIBUNE. Le candidat-président Denis Sassou N’Guesso vient de dévoiler son équipe de campagne pour l’élection présidentielle du 21 mars 2021. Si Pierre Moussa, le secrétaire général du PCT, le parti présidentiel, dirigera cette campagne, Anatole Collinet Makosso quant à lui a été nommé porte-parole du candidat.

Cumulativement avec ses fonctions de ministre de l’Enseignement primaire et secondaire, Anatole Collinet Makosso, 56 ans, portera la voix du candidat Denis Sassou N’Guesso durant les jouxtes oratoires liés à l’élection présidentielle.

Face à la presse, Sassou N’Guesso a voulu que ça soit lui pour parler en son nom.

Avant d’être conseiller du chef de l’Etat, Collinet Makosso était déjà directeur de cabinet de madame Sassou N’Guesso, et les deux ont travaillé longtemps pour la Fondation Congo assistance. Plusieurs sources affirment d’ailleurs qu’il n’a jamais démissionné de ce poste assuré depuis sa nomination au gouvernement par un intérimaire.

Donc, il connaît bien la maison du président, et il connaît forcément le président, ses goûts et ses couleurs, ses douleurs et ses bonheurs. Pour pleurer à côté de son patron qui perdait en mars 2009 sa fille Edith Lucie Bongo, Collinet Makosso se fend d’un recueil de poèmes en mémoire de la disparue.

Cité parmi les jeunes cadres et gros intellectuels du parti présidentiel dont il est par ailleurs membre du Bureau politique, il écrit un livre, ‘’Le Jubilé’’, pour chanter les 50 ans de gloires de l’ex parti unique marxiste-léniniste, lors du dernier congrès du PCT.

Depuis un moment, il a appris à rendre coup pour coup pour son chef, dès qu’il y a provocation. Grâce à son éditeur L’Harmattan, il écrivait un livre sur le génocide des Laris dans le Pool, répondant ainsi, « droit contre émotion » à l’avocat Dominique Nkounkou.

De mort lasse, discret, peu de sarcasme dans le militantisme, mais audacieux pour certains dossiers politiques sulfureux et brûlants, ce docteur en droit pénal international avait contribué en 2007 à un livre qui remettait en cause l’affaire des disparus du beach de Brazzaville, tel que nous l’avons appris et écrit dans les médias. Une affaire dont le témoignage des victimes et des parents des victimes tarde à éclore.

C’est donc une montée en confiance entre Sassou N’Guesso et le député de Loandjili à Pointe-Noire (élu en 2017). Il trouve souvent les mots pour caricaturer les maux dont souffre la population, notamment les jeunes et les élèves.

Il sait vendre le régime et s’oppose à tous ceux qui font du Congo bakchiche.

Sassou N’Guesso a trouvé son homme. Selon l’ordre de préséance de la direction de campagne, Collinet Makosso est le numéro deux, après Pierre Moussa et avant Jean Jacques Bouya.

Pierre Mabiala, le numéro quatre, à la Mobilisation de l’électorat, bénéficie également d’un gros morceau. L’homme de Makabana dans le Niari, celui dont les éléments ont contraint le président à annoncer sa candidature dans le bourg de Pont du Niari à Kibangou, devra désormais sillonner le Congo pour lever les électeurs au compte de Sassou N’Guesso. Jusque-ici, c’est la stratégie tee-shirt et 2000 francs CFA qui a bien marché pour le PCT.

Thierry Moungalla, Parfait Iloki et Claudia Ikia Sassou N’Guesso s’occuperont de la communication et du marketing électoral. On attend d’eux des slogans de campagne, les effigies inédites et des vidéos à casser le rythme de respirer. Sans doute, ils nous feront venir, comme d’habitude des musiciens de RDC pour chanter “Papa Bonheur”!

Et tout cela, pour un candidat qui devrait être élu haut la main, parfois sans effort de cette direction.

Par Arsène SEVERIN- Journaliste (Fb)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here