Congo Brazzaville. Toujours des brutalités policières

0
446

TRIBUNE. Nous apprenons de Brazzaville que des membres de la famille de notre compatriote, membre du RDD et de la Fédération de l’Opposition Congolaise, Guy Mafimba Motoki, sise sur l’avenue de France, à Poto Poto, ont été, le 25 décembre 2020, brutalisés par la police, en service, dans le secteur.

Les dispositions légales pour faire respecter le confinement et les mesures barrières contre le Covid 19 ne justifient nullement les violences à l’égard des populations.

Des populations qui ne demandent qu’à vivre en paix, en ces temps de souffrances nées de la crise économique et sanitaire, dans le pays.

La police congolaise a un rôle pédagogique majeur qu’elle n’exerce pas. Ne se vouant qu’à ce qu’elle entend par sécurité.

La pédagogie éduque et fait comprendre. Elle ramène au bon sens.

La brutalité révolte la victime.

Or la révolte est une seconde nature. Elle crée en l’homme des réflexes inattendus qui pourraient devenir incontrôlés, dans certains cas.

A Guy Mafimba Motoki dont la famille et lui-même sont très affectés par ces injustes sévices de la police congolaise, je dis, ici, l’expression de ma ferme solidarité.

Attirant, par ailleurs, l’attention des autorités du Ministère de l’Intérieur congolais sur le respect scrupuleux que ce corps de la sécurité nationale, corps reconnu républicain par la constitution, qu’est la police, devrait avoir pour les populations, tout en assurant leur protection.

La famille de Guy Mafimba Motoki se réservant le droit de se défendre, selon les voies en la matière, au nom de sa citoyenneté bafouée.

Ouabari Mariotti

Membre de l’UPADS

Paris 26.12.2020

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here