Congo Brazzaville. Pays des Légendes : Bantou de la Capitale, Bakolo Mboka

0
175

TRIBUNE. Pour les 62 ans de son existence, l’Orchestre Bantou de la Capitale a organisé, dans une église de Brazzaville, une messe d’action de grâce. Une messe à double sens.

Prier Dieu pour qu’il fortifie les musiciens en vie de l’Orchestre. Leur insuffler davantage d’inspiration et d’ardeur au travail et leur accorder de la bonne santé, dans la pratique exigeante de leur métier d’artiste.

Et, en mémoire de toutes ces légendes de la musique congolaise qui nous ont quittés, exhorter Dieu aux fins que la Lumière Divine veille sur leurs âmes. Pensant à Jean Serge Essous, Nganga Edo, Pamélo Munka, Nino Malapet, Célestin Nkouka, Raphael Boundzéki, Fernand Mabala, Gilbert Abangui et autre Maurice Obami.

La messe d’action de grâce s’est déroulée, avec la présence remarquée de Mr Maurice Nguesso, Président des Bantou de la Capitale, et de Moutouari Kosmo, Chef d’Orchestre, au moment où le Congo Brazzaville célèbre les 61 ans de son Indépendance. Les Bantou de la Capitale étant nés, une année auparavant.

Egalement, assis sur les bancs de l’Eglise, le guitariste Mpassi Mermans, l’un des derniers survivants des créateurs des Bantou de la Capitale, avec 60 ans d’activité dans l’Orchestre.

Voilà les Bantou de la Capitale. A la fois, notre monument et patrimoine national, au Congo Brazzaville, autour duquel l’unité nationale est parfaite et contre lequel s’écroulent toutes nos basses considérations des uns à l’égard des autres.

Surtout que pour le Chef d’Orchestre Moutouari Kosmos, sans les Bantou de la Capitale, la vie serait une erreur à Brazzaville.

Et à la question de savoir qu’est-ce que lui, Moutouari Kosmos a fait de bon, dans sa vie, lui de répondre “J’ai chanté, je chante, je chanterai, jusqu’à mon dernier jour”.

Quant à moi qui ai développé une folle passion pour la musique, dès l’âge de 15 ans, en suivant les Bantou de la Capitale, dans leur mythique construction, la musique m’a sauvé de la perplexité et des tourments de l’adolescence.

Que les Bantou de la Capitale survivent à toutes les épreuves et à toutes les générations de Congolais.

Ouabari Mariotti

Paris 18 aout 2021

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here