Congo Brazzaville. Instant de bonheur

0
99

Ci-dessous, le dimanche 2 mai 2021, en fin de matinée, une visite d’amitié, à Mountouari Cosmos, sur fond d’échange à propos de la valorisation du patrimoine culturel national.

Mountouari Cosmos, une des légendes de la musique congolaise, chef de l’orchestre Bantou de la Capitale. Auteur compositeur de renommée internationale, à la voix inégalée des choristes de la célèbre école des Piroguiers de la basilique Sainte Anne du Congo, du temps de Mr Émile Oboa.

L’instant de bonheur avec Mountouari Cosmos a lieu dans le splendide décor de sa belle résidence

Une résidence, blotie dans un domaine riche en fleurs, sur les alentours des versants verdoyants de la rivière Djoué, au quartier Bifouiti, à Brazzaville.

De l’extinction naturelle des générations des musiciens des Bantou de la Capitale, demeurent en vie les artistes Mpassi Mermans, Nona Arthur et Ricky Siméon.

Trois figures qui constituent avec Mountouari Cosmos et les nouvelles recrues les piliers des Bantou de la Capitale.

Les Bantou dont nous voudrions, ardemment, que les pouvoirs congolais, s’occupent.

Avec le ferme espoir que ne se perdent pas en fumée les aboutissants de l’assemblée générale de relance de l’orchestre, tenue quelques mois passés, dans un grand hôtel de Brazzaville.

D’autant que les Bantou de la Capitale sont un précieux outil culturel. Symbole sûr de l’unité nationale. Monument ayant, à plusieurs reprises, frôlé la destruction. Mais, par la force de l’esprit congolais, il a résisté au désastre.

Le dimanche 2 mai 2021, quoique invisibles, étaient assis, aux côtés de Mountouari Cosmos et moi, nos immortels Jean Serge Essou, Nganga Edo, Antoine Moundanda, Nino Malapet, Pamelo Mounka, Saturnin Pandi, Lambert Kabako, Franklin Boukaka, Gery Gérard, Raphaël Boundzeki, Maurice Obami, et autres Fernand Mabala.

Nos pensées étaient, parallèlement, tournées vers les Wendo Kolosoy, Tabu Ley, Luambo Makiadi Franco, Kiamboukouta Josky, Dalienst, Dombe Opetum, Papa Wemba, Madilu Système et autres Lutumba Simarro. Musiciens du Congo Kinshasa qui nous ont quittés.

A l’endroit de l’artiste Sam Mangwana souffrant, lui qui a produit avec Mountouari Cosmos l’ineffacable chanson “Bodeko”, nous avons émis les voeux de bon rétablissement.

Voilà, mon instant d’amitié avec Mountouari Cosmos.

Le monde avance. Avec lui, entre autres valeurs, la culture, d’autant qu’elle vaut par l’universalité de son partage.

Et honneur à ces grands hommes, à travers le monde, qui travaillent à préserver les valeurs culturelles.

Ouabari Mariotti

Brazzaville 2 mai 2021

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here