ACTUALITE. Le Conseil supérieur de la liberté de communication : mission accomplie dans la régulation de la communication pendant l’élection présidentielle au Congo

0
162
Philippe Mvouo. Ph (source): VOX

Le Conseil Supérieur de la Liberté de Communication, dans l’exercice de ses fonctions, a accompli sa mission au niveau de la régulation de la Communication, pendant la campagne de l’élection présidentielle du 21mars 2021, particulièrement pendant la campagne électorale.

Aussi,  la presse a-t-elle respecté les principes élémentaires de ce que doivent faire les Instituions ainsi que les hommes et femmes de médias dans de telles circonstances. Aucun grief n’a été porté contre des journalistes ; pas de diffamations de la part des hommes et femmes de médias à l’encontre des politiques en compétition électorale. On peut alors affirmer, sans ambages, que l’équipe de Philippe Mvouo a magistralement supervisé la régulation de la communication pendant l’élection présidentielle. Certes, on a eu à remarquer un grand décalage au niveau de la communication pendant la campagne précédant l’élection présidentielle en ce qui concerne le passage des « propagandistes atalakus» de chaque candidat sur les médias publiques. Et, sur ce point, on pourrait dire que l’exécutif, qui n’est autre que le Ministère de la Communication et des médias, s’est montré complaisant vis-à-vis des politiques dont l’arbitrage au niveau du passage dans les médias publiques n’a pas été équitable.

Le Président Philippe Mvouo, dans un point de presse dans la journée du vendredi 2 avril 2021, à l’hôtel Saint-François (siège de l’Acerac), en présence du Vice-président Jean Pierre Goma et de la Secrétaire comptable Agnès Isabelle Nioko, a félicité plus ou moins la presse nationale pour le travail bien accompli pendant la campagne présidentielle. Mais, comme on peut le lire dans Horizon africain n° 98 du Vendredi 9 Avril 2021, « il [le Président du CSLC] a déploré l’absence d’émission de débats autour des projets de société des candidats et le déséquilibre constaté dans les médias publiques en raison de l’attitude de certains candidats de ne pas faire couvrir leurs activités ou d’envoyer des éléments pour diffusion dans ces médias ».

Le travail du Conseil Supérieur de la de Liberté de Communication a été reconnu sous certains cieux du continent. La République du Benin, du côté de l’Afrique de l’ouest, qui a été marqué par ce travail, n’a pas hésité d’inviter le Conseil Supérieur de la Liberté de Communication pour lui apporter son expérience ainsi que son expertise  dans la supervision  de la régulation  de la communication au cours de l’élection présidentielle. Et une délégation  du Conseil Supérieur de la Liberté de Communication, composée de son président et des Hauts Conseillers Joachim MBanza et Asie Dominique de Marseille, a débarqué à Cotonou ; ces derniers ont eu à partager l’expérience de leur Institution avec leurs homologues béninois au sujet de leur élection du 11 avril 2021. Aussi, remarque-t-on que ce nouveau mandat de Philippe Mvouo  à la tête du Conseil Supérieur de la Liberté de Communication s’avère exceptionnel et productif avec ses nouveaux collègues  qui l’accompagnent merveilleusement dans  sa mission de régulation de la Communication qui, jusque là, se réalise sans entraves.

Noël Kodia-Ramata         

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here