Une vedette et ses chansons : Johnny Bokelo Isenge dans une mémorable compilation de 1968, fait son festival

0
431

Guitariste-chanteur, on reconnait en Johnny Bokelo-Isenge une imagination mélodique prodigieuse, un phrasé délicieusement parfait hérité de son frère aîné Paul Ebengo “Dewayon”, un timbre d’une homogénéité inégalable.

Le Conga Succès succède au Conga Jazz

Avec la fermeture des éditions « Esengo » en 1962, le Conga Succès  succède au Conga Jazz. C’est à la faveur de cette modification de nom qu’intervient de plein pied, l’entrée dans le Conga succès des frères cadet de Paul Ebengo “Dewayon” : Jean Bokelo et Jean-José Lohota.  Jean Bokelo “Johnny” était déjà bien apprécié aux Editions « Loningisa » où il travaillait en studio avant d’enregistrer avec l’OK Jazz ses deux premiers grands succès et bestsellers de l’époque, “Makanisi makondisi ngai” et “Elongi na yo ya bomwana”.

Les trois frères réunis commencent une nouvelle exploration instrumentale et sonore avant de se consacrer d’avantage à la recherche d’un équilibre orchestral basé sur le rythme traditionnel de la région du « Lac Léopold II » aujourd’hui “Maï Ndombe” (région de Bandundu).

Johnny Bokelo fait cavalier seul

En 1968, Johnny Bokelo décide de faire cavalier seul. Il crée son « Conga 68 ». La première vertu de Bokelo est de présenter un grand orchestre plein de fouge, jouant avec une belle mise en place des arrangements simples qui combinent avec les conceptions des « Mwambe ».

Conga 68 de Johnny Bokelo, carrefour d’époques et de styles

De plus en plus “Conga 68” apparaît comme le carrefour d’époques et de styles. Son art d’une étonnante habileté, fait appel à une sensibilité qui lui a permis de perpétuer son règne au-delà des années 70.

La mort de Johnny Bokelo

La mort de Johnny Bokelo-Isenge  est intervenue le 15 Janvier 1995 à Kinshasa après une longue et pénible maladie.

Vidéo Compilation musicale 1968

Dans cette vidéo compilation nationale suivie de son grand succès “Tambola na mokili”, Johnny Bokelo-Isenge fait la part belle à la rumba traditionnelle lors des bals organisés à Kinshasa au beau vieux temps.

Clément Ossinondé

LAISSER UN COMMENTAIRE