Une nouvelle ère s’ouvre pour Réseau Entreprendre Maroc

0
263
Basée à Casablanca, l’association officiellement reconnue d’utilité publique. (Mehdi Laraki, le président de Réseau Entreprendre Maroc).

Une nouvelle ère et de belles perspectives s’ouvrent pour Réseau Entreprendre Maroc. L’association fondée il y a 15 ans par un groupe de chefs d’entreprise marocains engagés dans l’accompagnement entrepreneurial de jeunes porteurs de projets, a obtenu dernièrement le statut d’utilité publique.

Cette bonne nouvelle vient à la suite de la publication, le 28 novembre dernier au Bulletin officiel, du décret 2.19.930 indiquant que l’association basée à Casablanca sera désormais systématiquement accompagnée de l’appellation «Reconnue d’utilité publique».

Cette reconnaissance donne plusieurs avantages dont le premier est sans conteste la crédibilité des missions et des actions. Elle octroie également des avantages de nature essentiellement fiscale, a indiqué Réseau Entreprendre Maroc qui revendique aujourd’hui quelque 450 chefs d’entreprise et hauts cadres.

Pour l’association dont la vocation est d’identifier et faire émerger tout nouvel entrepreneur en l’accompagnant vers le succès entrepreneurial et en lui facilitant la création d’entreprise, l’acquisition du statut d’utilité publique offre un véritable levier de développement pour pouvoir collecter plus facilement les fonds nécessaires à ses actions.

«Nous sommes heureux de partager cette bonne nouvelle qui constitue un véritable atout et un effet de levier majeur au niveau des régions du Maroc où nous allons intensifier la sensibilisation et lever des fonds plus importants», s’est réjoui le président de Réseau Entreprendre Maroc, Mehdi Laraki.

«Cette reconnaissance va pouvoir nous permettre d’accrocher toutes les institutions régionales et les sensibiliser davantage par rapport à leur région, sachant que l’approche des problématiques est différente d’une région à l’autre», a-t-il expliqué lors d’une rencontre tenue récemment à Casablanca.

Si la collecte des fonds est nécessaire pour mener à bien les actions menées par l’Association Réseau Entreprendre Maroc, son président a toutefois assuré que l’accompagnement des lauréats reste la principale mission et que «le financement représente 20% de notre valeur ajoutée».

En effet, «ce qui est aujourd’hui réellement important pour nous, c’est l’accompagnement et le temps que nous consacrons aux porteurs de projets pour les aider et leur éviter des écueils de parcours. En tant que chefs d’entreprise, nous avons tous fait des erreurs ; mais nous avions eu la chance de nous relever. Ce qui n’est pas donné à tout le monde. Donc, notre travail consiste aussi à leur dire ce qu’il ne faut pas faire et les mauvaises pratiques à éviter au quotidien», a souligné Mehdi Laraki.

Ainsi  que l’a relevé l’association, l’objectif de Réseau Entreprendre est en ce sens de faire converger les acquis des chefs d’entreprise afin de contribuer à l’émergence des TPE, PME et start-up  nationales.
A noter que les financements apportés aux lauréats varient entre 50.000 et 700.000 DH en prêts d’honneur et/ou en subvention suivant le nombre de personnes à un taux de 0%.

Selon l’association, 86% des entreprises qu’elle a accompagnées existent encore au bout de 3 à 4 ans.

Pour rappel, l’accompagnement de l’association s’adresse aux créateurs d’entreprise qui par l’ambition qu’ils portent et leur potentiel entrepreneurial, ont vocation à développer leurs entreprises et à créer significativement des emplois sur leur territoire.

Lors de cette rencontre, à laquelle ont pris part trois jeunes lauréats qui sont revenus sur leur parcours avant de bénéficier du soutien de l’association, Mehdi Laraki a saisi cette occasion pour présenter les valeurs fondatrices de Réseau Entreprendre Maroc, soulignant que l’accompagnement est fondé sur trois principes d’actions fondamentaux et indissociables : la personne, la gratuité et la réciprocité.

A propos de la réciprocité, il est notamment expliqué que «les bénéficiaires sont invités à rendre demain à d’autres, ce qu’ils reçoivent aujourd’hui, devenant ainsi le maillon d’une chaîne d’entraide entre chefs d’entreprise».

Alain Bouithy

LAISSER UN COMMENTAIRE