Tunisie : 130 millions de dollars de la Banque mondiale pour renforcer l’autonomisation des collectivités locales

0
612

La Tunisie bénéficiera d’un appui additionnel de 130 millions de dollars pour renforcer l’autonomisation des collectivités locales, a annoncé lundi 18 la Banque mondiale.

« Ce financement additionnel est destiné au Programme de développement urbain et de gouvernance locale, dont le principal objectif est de doter les collectivités locales des capacités nécessaires pour gérer leur propre budget et d’associer les citoyens aux décisions d’investissement, afin de favoriser le développement économique local », a indiqué l’institution financière.

A en croire la BM, cet appui additionnel permettra de prolonger ce programme de trois ans (jusqu’en 2023), d’étendre le nombre de bénéficiaires à 2,7 millions de Tunisiens supplémentaires, afin de tenir compte de l’expansion des frontières municipales, et de fixer des objectifs plus ambitieux.

Pour rappel, le programme en cours a déjà permis aux autorités tunisiennes de lancer notamment un nouveau système de versement des dotations de l’État aux municipalités qui repose « sur un ensemble d’obligations minimales destinées à inciter les collectivités locales à améliorer leur gestion financière et planification budgétaire ainsi qu’à associer les citoyens dans la prise de décisions ».

Selon la Banque mondiale, ce programme a également financé l’instauration de subventions pour encourager les investissements dans des quartiers particulièrement sous-équipés.

Ces investissements, qui ont bénéficié à près de 450 000 habitants, ont notamment porté sur l’amélioration de l’éclairage public, qui a pour effet non seulement d’accroître la sécurité mais aussi de favoriser l’ouverture tardive des commerces, a expliqué la BM.

« Notre collaboration avec la Banque mondiale nous a permis d’introduire une nouvelle méthode de transfert des subventions aux régions et de renforcer les capacités des municipalités, afin qu’elles puissent endosser ce rôle nouveau”, s’est réjoui Zied Ladhari, ministre  tunisien du Développement et de la Coopération internationale.

Selon lui, l’élargissement du programme aidera le pays à atteindre son objectif. A savoir : « faire en sorte que tous les citoyens aient accès à des services de qualité et puissent demander des comptes aux élus. »

Directrice des opérations de la Banque mondiale pour le Maghreb et Malte, Marie Françoise Marie-Nelly a pour sa part déclaré qu’« en donnant aux autorités locales, qui sont les plus proches des citoyens et les mieux à même de comprendre leurs besoins, les moyens de mener à bien leur mandat, on renforcera l’inclusion sociale et économique, mais aussi la confiance sur laquelle repose le nouveau contrat social. »

Martin Kam

LAISSER UN COMMENTAIRE