Tunisie: accélération de la croissance au début de 2018 et amélioration de la confiance, selon le FMI

0
605

Le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé avoir achevé la troisième revue du programme économique de la Tunisie qui est appuyé par un accord au titre du mécanisme élargi de crédit (MEDC).

Selon l’organisation international, cet achèvement permet aux autorités tunisiennes d’acheter un montant équivalent à environ 249,1 millions de dollars, portant ainsi le total des achats au titre de l’accord à l’équivalent d’environ 1.139,0 millions de dollars.

Il est à rappeler que le programme de réformes du gouvernement qui est appuyé par l’accord MEDC vise à affermir la reprise en réduisant la vulnérabilité macroéconomique, en veillant à ce qu’une protection sociale adéquate soit en place et en favorisant une croissance tirée par l’secteur privé et créatrice d’emplois.

Selon le FMI, des réformes propices à la croissance et soucieuses de la dimension sociale contribueront à réduire les déficits budgétaire et courant, à inverser l’accumulation de la dette, ainsi qu’à accroître l’investissement et les dépenses sociales.

L’organisation estime aussi que la politique monétaire doit continuer d’être axée sur la maîtrise de l’inflation, le maintien d’un taux de change flexible et le renforcement des réserves internationales, précisant que les réformes structurelles prévues par l’accord portent principalement sur une amélioration de la gouvernance, du climat des affaires, des institutions budgétaires et du secteur financier.

Notant qu’à l’issue des débats du conseil d’administration sur la Tunisie, Mitsuhiro Furusawa, directeur général adjoint et président par intérim, a déclaré que la croissance s’est accélérée au début de 2018 et que la confiance s’est améliorée.

Il a toutefois souligné la persistance des déséquilibres macroéconomiques persistent, ajoutant que le chômage n’a baissé que légèrement, l’inflation est élevée, les déficits budgétaire et courant sont considérables, et les réserves internationales sont inférieures au niveau recommandé.

Martin Kam

LAISSER UN COMMENTAIRE