Télévision : « Villa Tchimbamba » du fun et des « Live » !

0
1047

Depuis ce début de l’année la musique vivante fait son retour à la télévision en République du Congo.

Rares sont les programmes de télévision en République du Congo proposant de la musique « live » et c’est à vrai dire un véritable désert en ce domaine. Il est loin le temps où l’émission « Ca fait mal », animée par Abdoul Kaba de 2010 à 2013 sur Top TV, enchantait artistes et téléspectateurs.  Il faut attendre ensuite l’année 2016 et « Sous les Manguiers » pour de nouvelles prestations en live et acoustique d’artistes Congolais et une émission, animée par Leila Embouni, qui aura relevé le défi d’une fréquence quotidienne sur Canal2 TNT Africa.

Cette chaîne venait alors  tout juste de naître tout comme la jeune société OK Zero Killed productrice de cette émission qui durera une seule année.  Nouveau trou noir sur les écrans et deux années plus tard, avec une fois encore le soutien de TNT Africa, voilà donc « Villa Tchimbamba » qui prend le relai sur les postes de télévision.

A l’origine de ce nouveau programme musical, existant depuis mars 2018, on retrouve Philippe Edouard, le même réalisateur qui avait créé « Sous les Manguiers » pour le compte de OK Zero Killed. Ce français, passionné de musique, a fait appel à la jeune artiste interprète Zina Hope pour animer chaque mois 50 minutes d’interviews, de clips, de reportages et de live acoustique.

L’émission brise les codes traditionnels de la télévision pour s’inscrire dans un esprit télé-réalité et dans une tonalité résolument fun et décontractée. Un salon privé regorgeant d’instruments, parfois rares au Congo comme la contrebasse, l’accordéon, la mandoline ou encore le banjo entres autres, tient lieu de plateau à « Villa Tchimbamba » où Zina Hope échange amicalement avec son invité principal, qu’il ou qu’elle soit choriste, décoratrice ou Consul de France…

Villa Tchimbamba. Crédits photos : ©Cham Chamayou

Pas question pour Philippe Edouard de formater Zina Hope dans un rôle d’animatrice de télévision ordinaire. A cela, il préfère la spontanéité, les éclats de rires et les ratés de Zina, et c’est là tout son charme,  pour préserver le naturel de cette émission. L’effet amateur est voulu et fonctionne au point d’inscrire « Villa Tchimbamba » dans les grandes émissions musicales du Congo. Car, en point d’orgue, les artistes du Congo sont conviés à jouer en « live »   leurs interprétations.

Ainsi DJ Marco Jules, Mixton, Nestelia Forest et bien d’autres redonnent à la télévision ces instants précieux d’une musique belle et bien vivante. Il n’est pas rare de voir le temps d’une chanson, des formations inédites se former spontanément, à l’exemple d’Imelda Maboueki et de Mixiana Laba, toutes deux comédiennes, s’improvisant choristes du rappeur Ponténégrin Shadow la Menace sur le titre « Tokoss ».

Tokoss, vous avez dit tokoss ?

LAISSER UN COMMENTAIRE