Société : La mairie de Brazzaville sollicite la participation des populations

0
518
Guy Marius Okana.

Le premier adjoint au maire de la ville de Brazzaville, Guy Marius Okana a dit à la presse, le 14 septembre 2017 que le nouveau bureau exécutif envisage de mener une politique participative pour améliorer le cadre de vie des populations.

Il s’agit entre autres, d’éradiquer les actes d’incivisme et les antivaleurs constatés dans certains quartiers de la ville. Il a précisé que le plan d’assainissement actualisé de la ville prévoit la prise en compte du dragage des lits des rivières et collecteurs naturels, le curage des caniveaux, l’éclairage public et le traitement des érosions.

« Nous allons actualiser tous nos partenariats pour impulser notre action. L’éclairage est l’une de nos préoccupations majeures tout comme le dossier de la rétrocession des fourrières et de la gestion du transport urbain », a précisé Guy Marius Okana, annonçant la lutte contre les nuisances sonores en collaboration avec les services de police.

Il a aussi conseillé aux populations de ne pas occuper illégalement le domaine public et les trottoirs des avenues, afin de favoriser la circulation des personnes et biens. Il a ajouté que les autorités municipales entendaient aussi de renforcer leur coopération avec le ministère de l’Aménagement du territoire et des grands travaux, ainsi qu’avec les sociétés nationales d’électricité et de distribution d’eau.

Il est prévu la mise en place d’un corps d’inspecteurs à la mairie chargés de veiller au respect des itinéraires des bus de transport urbain et d’autres actions sur les parkings informels. Ils ont décidé de mettre un terme au phénomène de ‘demi-terrain pratiqué par les chauffeurs et aide-chauffeurs. Il a annoncé que les autobus seront numérotés an fonction de leur zone géographique dans la ville.

Le cri de cœur du premier vice maire trouve en effet son sens. La réalité est que la ville de Brazzaville est totalement défigurée avec des routes pleines de nids de poule, des tuyaux percés qui inondent d’eau les rues et les avenues, les rendant impraticables, des coques de voitures qui gênent la libre circulation, des citoyens qui rendent leurs parcelles élastiques et la liste n’est pas exhaustive.

LAISSER UN COMMENTAIRE