Pagesafrik.info

Congo: le total agrégé du bilan des banques s’est établi à 1.768 milliards de F CFA à fin avril 2019

Constant Badia, DG des institutions financières nationales (DGIFN) présidant la réunion.

La situation du système bancaire au 30 avril 2019, notamment de l’évolution de la situation bilancielle, fait ressortir que le total agrégé du bilan des banques s’est établi à 1.768 milliards de F CFA.

Ainsi que l’a relevé le ministère des Finances et du Budget lors d’une réunion de concertation avec les dirigeants des banques implantées au Congo, il a régressé de 1,1 % au cours du mois d’avril 2019 et de 1,9 % par rapport au 30 avril 2018.

Selon le département des Finances, les dépôts collectés se sont situés à 1.164 milliards de F CFA (65,8 % du total du bilan), baissant de 1,4 % en cadence mensuelle et de 5,2 % en variation annuelle.

De leur côté, les crédits bruts à la clientèle se sont établis à 1.181 milliards de F CFA, reculant de 1,6 % au cours du mois d’avril 2019 et de 6,2 % par rapport à leur niveau d’avril 2018.

Quant aux provisions pour dépréciation des comptes de la clientèle, les services de communication du ministère indiquent qu’elles se sont accrues de 33,0 % par rapport au niveau atteint l’année précédente à la même date pour s’établir à 113 milliards de F CFA.

En conséquence, la même source affirme que “les crédits nets se sont fixés à 1.069 milliards de F CFA (60,4 % du total bilan), soit une variation annuelle de -9,1 %”.

Les créances en souffrance, qui représentent 24,3 % des crédits bruts contre 20,8 % douze mois auparavant, se sont élevées à 288 milliards de F CFA, selon le ministère notant que la qualité apparente du portefeuille s’est dégradée, comparée à celle qui prévalait en avril 2018.

“Le taux de couverture des créances en souffrance par les provisions s’est situé à 39,2 % contre 32,3 % en avril 2018”, a ajouté le ministère soulignant que les déclarations des banques et les résultats des dernières vérifications ont fait ressortir un besoin de provisions complémentaires de 20 milliards de F CFA.

Enfin, “la couverture des crédits par les dépôts s’est établie à 98,5 % contre 97,4 % en avril 2018. Ainsi, les opérations avec la clientèle ont présenté un risque, au regard du taux situé en dessous de 100 %”, a-t-il soutenu.

Signalons que la réunion de concertation avec les banques a été présidée par Constant Badia, Directeur général des institutions financières nationales (DGIFN).

Martin Kam